Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le commerce d'armes dans le monde a atteint un niveau record depuis la fin de la Guerre froide (image symbolique).

KEYSTONE/EPA/YAHYA ARHAB

(sda-ats)

Le commerce d'armes dans le monde a atteint un niveau record depuis la fin de la Guerre froide. Entre 2012 et 2016, le transfert d'armes a ainsi augmenté de 8,4% par rapport à la période 2007-2011, tirés notamment par la demande du Moyen-Orient et de l'Asie.

Du côté de l'importation, la part des pays du Moyen-Orient et des monarchies du Golfe a bondi de 17% à 29% durant le quinquennat sous revue, loin devant l'Europe (11%, -7 points), les Amériques (8,6%, -2,4 points) et l'Afrique (8,1%, -1,3 point), selon un rapport publié lundi par l'Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri). L'Asie-Océanie s'adjuge la plus grosse partie avec 43%.

Par pays, l'Inde, qui contrairement à la Chine ne possède pas encore de production nationale, est le plus gros importateur d'armes avec 13% de la somme totale, détaille l'étude.

L'Asie du Sud-Est a également augmenté ses importations: le Vietnam passe ainsi de la 29e place à la 10e. "Comme il n'y a aucun mécanisme régional de contrôle de l'armement, les États d'Asie vont continuer à développer leur arsenal", avertit un scientifique au Spiri, Siemon Wezeman.

"Instruments essentiels"

Seconde au classement des importateurs, l'Arabie saoudite a enregistré durant l'intervalle une augmentation de 212% par rapport à la période 2007-2011. "Au cours des cinq années passées, la plupart des États du Moyen-Orient se sont d'abord tournés vers les États-Unis et l'Europe dans leur quête accélérée de capacités militaires avancées", analyse un autre chercheur au Sipri Pieter Wezeman.

"Malgré le bas niveau des cours du pétrole [dont ils sont producteurs et exportateurs, ndlr], les pays de la région ont continué de commander davantage d'armes en 2016, qu'ils perçoivent comme des instruments essentiels face aux conflits et aux tensions régionaux", selon lui.

Concurrence féroce

A l'autre bout de la chaîne, les plus grands exportateurs sont la Russie et les Etats-Unis, note l'Institut. A eux deux, ils couvrent 56% du marché, soit 33% (+3 points) attribué à Washington et 23% (-1%) à Moscou.

La Chine s'adjuge la troisième place de ce classement mondial avec une part de 6,2% (+2,4 points). La France (6%, - 0,9 point) qui passe devant l'Allemagne (5,6%, -3,8 points) vient ensuite. Ces cinq pays représentent près de 75% des exportations mondiales d'armes lourdes.

L'avancée de la France au classement des exportateurs s'explique notamment par d'importants contrats signés avec l'Egypte qui a acquis des bâtiments de guerre de type Mistral et des avions de combat Rafale. "La concurrence est féroce entre producteurs européens", France, Allemagne et Royaume-Uni en tête, rappelle à l'AFP Aude Fleurant, responsable du programme des armements au Sipri.

Les États-Unis et la France sont les principaux pourvoyeurs du Moyen-Orient, tandis que la Russie et la Chine vendent d'abord en Asie.

ATS