Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Poste se restructure. D'ici 2020, 600 offices postaux et 1200 employés seront sur la sellette (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

La Poste a discuté avec l'ensemble des cantons dans le cadre de la restructuration annoncée en octobre. Les besoins et les pôles de développement régionaux y ont été discutés. Les tables rondes devaient amener plus de transparence.

Il n'en est rien, écrit mardi syndicom dans un communiqué. Les discussions ont eu lieu derrière des portes closes et "le dialogue avec la population est une farce".

A Fribourg, la discussion a été menée autour des offices déjà fermés. Les besoins de la population n'ont pas été abordés, critique syndicom. "La Poste n'était pas prête à discuter."

Deuxième tour

Le géant jaune tient "particulièrement à ce que la transformation du réseau soit mise en oeuvre avec le plus grand soin", selon un communiqué diffusé mardi. Il présente ses motivations de façon détaillées tant aux autorités qu'à la population, souligne La Poste.

La Poste va maintenant analyser les retours d'information des cantons. Une deuxième table ronde est prévue. "D'ici là, toute supposition concernant le développement du réseau postal dans les différents cantons n'est que pure spéculation", indique l'ex-régie fédérale.

Plus d'accès, moins de collaborateurs

En octobre dernier, La Poste avait annoncé vouloir augmenter le nombre de points d'accès de 3700 à au moins 4000. Les offices de poste traditionnels seront eux réduits de 1400 à 800 ou 900.

D'ici 2020, le géant jaune estime que 1200 collaborateurs seront touchés, soit l'équivalent de 700 postes à plein temps. Les syndicats alors étaient montés au créneau. Le Syndicat Autonome des Postiers (SAP) avait aussi dénoncé la poursuite du démantèlement des offices de poste.

ATS