Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Festival Belluard à Fribourg explore du 25 juin au 4 juillet le thème de la "Forteresse Europe" face aux migrants, ainsi que la mémoire et l'identité. Sa 32e édition compte plus de 20 projets utilisant toutes les formes d'expression artistique contemporaines.

Le cloisonnement de l'Europe vis-à-vis des migrants et réfugiés a coûté des dizaines de milliers de vies depuis quinze ans, a souligné mardi devant la presse Anja Dirks, directrice du Belluard depuis six mois. Les artistes n'ont pas les solutions, mais ils offrent des visions empathiques, multiples et nuancées, a-t-elle expliqué.

L'appel à projets du festival a suscité les réponses de 432 artistes de 48 pays. Parmi les sept propositions choisies: "Quel vent t'emportera?" de la compagnie de théâtre iranienne de Seyed Kamaleddin Hashemi, qui conte poétiquement l'attente de cinq réfugiés.

Contrôles et passeurs

Pour saper la terreur des frontières, les Britanniques Haworth + Hayhoe improviseront des contrôles - aléatoires mais aimables - des festivaliers. Une compagnie de Berlin évoquera le personnage du passeur dans un remix d'opéra. Viktoria Myronyuk montrera avec ironie les sortilèges ukrainiens servant à attirer un mari européen.

Le public pourra prolonger ces thèmes par des conversations avec artistes, scientifiques et praticiens dans les galeries de la forteresse du Belluard. Par exemple, un ethnologue donnera un atelier sur la vraisemblance et la crédibilité dans les procédures d'asile.

Le festival présente aussi cinq projets réalisés en accueil, dont "Vu" de la compagnie Sacékripa, à la croisée du théâtre d'objets, du cirque miniature et du clown. "Reality", du duo italien Deflorian/Tagliarini, s'intéresse à une femme décédée qui avait listé dans 728 cahiers ses actes ordinaires, tels que 38'196 appels téléphoniques ou 19 parties de domino.

Portraits sensibles

Les artistes suisses ne sont pas en reste. Parmi ceux-ci, Mats Staub réalise avec sa caméra des portraits insolites et émouvants de ses interlocuteurs, à partir de questions comme "quel prénom auriez-vous porté si vous étiez né de l'autre sexe ?" ou "combien de personnes avez-vous rencontré ces douze derniers mois ?".

Face à une lassitude répandue vis-à-vis de la politique, Christophe Meierhans présentera sur scène un nouveau système politique qu'il a élaboré, basé sur l'exclusion de ceux qui ne remplissent pas leurs engagements. Son spectacle est mis en regard d'une discussion avec Charly Pache, auteur d'une initiative populaire fédérale pour un Conseil national plus représentatif de la population.

Nouveau cette année: dans le souci de rendre le festival accessible, sept spectacles seront gratuits et un tarif unique de quinze francs s'appliquera à tous les autres. Et avec l'opération "Tickets suspendus", les festivaliers peuvent acheter des billets supplémentaires qui seront mis à la disposition de personnes défavorisées, notamment des requérants d'asile.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS