Toute l'actu en bref

Les 400 millions de francs acceptés par le National en complément au budget 2016 concernent pour 90% l'asile (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le National a accepté mardi par 124 voix contre 64 une rallonge de 397 millions de francs au budget 2016. Près de 90%, soit 353 millions de francs, sont prévus pour l'asile. L'UDC s'est insurgée contre cette forte hausse dans ce domaine.

En deux ans, les coûts de l'asile à la charge de la Confédération ont augmenté de 779 millions de francs ou de 60%, a relevé Jean-Pierre Grin (UDC/VD). Pour lui, il est impératif de limiter les réfugiés économiques afin de maîtriser les dépenses.

Ce premier supplément au budget 2016 résulte de prévisions trop basses pour l'asile l'an dernier, ont rappelé les rapporteurs de commission. Au lieu des 26'000 demandes d'asile prévues en 2015, 40'000 ont été déposées.

La Suisse ayant en outre accordé sa protection à 53,1% des requérants, le nombre de personnes en procédure d'asile a augmenté. Les ressources supplémentaires demandées sont notamment destinées à l'aide sociale (266,8 millions) et à un nombre accru de places d'hébergement (82,8 millions).

Le chef des Finances Ueli Maurer a rappelé que l'asile est un domaine très fluctuant difficile à gérer pour la Confédération. Il a d'ores et déjà annoncé que les coûts allaient encore augmenter et qu'un deuxième supplément serait demandé. Les coûts étaient de 1,2 millard en 2014 et devraient passer à 2,4 milliards en 2018, d'où la nécessité d'agir rapidement.

Les autres suppléments concernent le renforcement des mesures dans le domaine de la Commission pour la technologie et l'innovation (15,8 millions) et le maintien de la valeur et le développement du réseau radio suisse de sécurité POLYCOM (13,8 millions). Une somme de 6,3 millions est prévue pour des mesures antiterroristes et les 86 postes nouvellement créés.

Comptes d'Etat

Le National a également adopté par 186 voix contre 3 le compte d'Etat 2015. Les comptes ordinaires de la Confédération ont bouclé sur un excédent de 2,3 milliards, au lieu des 411 millions budgétisés. Mais les années à venir s'annoncent sombres.

L'UDC n'a pas manqué de relever des possibilités d'amélioration pour les comptes fédéraux. Pirmin Schwander (UDC/SZ) s'en est pris notamment aux dépenses pour le personnel qui ont augmenté de 10% en 2015. Une idée contrée par la gauche, pour qui il ne faut pas s'attaquer à la fonction publique si l'on veut des prestations de qualité.

Plusieurs orateurs de gauche ont rappelé que le personnel de la Confédération est déjà directement frappé par le programme de stabilisation qui prévoit des coupes d'environ un milliard par année dans les dépenses fédérales pour la période 2017-2019. Or ces charges ne représentent que 8% des dépenses de la Confédération.

2015 aura été une année de transition passant d'une phase de prospérité économique à une phase de stagnation, a relevé le conseiller fédéral Ueli Maurer. Il faudra selon lui faire preuve de retenue ces prochaines années et procéder à une pesée des intérêts. Le programme de stabilisation lui apparaît indispensable.

Le Conseil des Etats se prononcera le 9 juin.

sda-ats

 Toute l'actu en bref