Le National s'attaque à des ONG financées par la Suisse


 Toute l'actu en bref

Le National s'attaque aux ONG financées par la Suisse et accusées d'antisémitisme ou qui boycottent Israël. Le Conseil des Etats devra se prononcer.

KEYSTONE/EPA/ABIR SULTAN

(sda-ats)

La Suisse ne devrait plus subventionner, même indirectement, des ONG accusées d'être impliquées dans des actions antisémites ou des campagnes de boycott d'Israël. Le National a accepté mercredi une motion UDC en ce sens. Le Conseil des Etats devra se prononcer.

Des révélations mettent régulièrement en évidence les relations douteuses entretenues par des ONG bénéficiant plus ou moins directement de subsides de la part de la Confédération, selon le motionnaire Christian Imark (UDC/SO).

L'argent du contribuable suisse n'est pas directement utilisé pour des campagnes racistes, haineuses, antisémites ou encore de boycott. Mais il alimente bien les caisses d'ONG impliquées dans ce type d'activités, a lancé le conseiller national. Le fait que de l'argent suisse soit utilisé à de telles fins pose des problèmes éthiques mais aussi politiques. La réputation et la neutralité de la Suisse sont en jeu.

Le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter a vivement réfuté ces affirmations. La Suisse ne soutient en aucune manière des organisations incitant à la haine ou à l'antisémitisme. Elle ne finance pas non plus d'ONG associées au mouvement de boycott BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) dans le cadre de l'aide aux Territoires palestiniens occupés.

Controverses

Le conseiller fédéral reconnaît que l'engagement pour le droit international humanitaire peut conduire à des "discussions controversées" dans certains contextes. Mais la Confédération choisit ses partenaires en fonction de leur expertise et leur engagement est conforme aux valeurs fixées par la Constitution.

De plus, les projets des organisations partenaires sont encadrés et supervisés du début à la fin grâce à des contrôles et des audits. La présence sur place de membres du personnel de la Confédération permet de suivre de près les projets et d'intervenir immédiatement en cas de besoin.

Ces arguments n'ont pas convaincu. La motion a été soutenue par 111 voix contre 78.

ATS

 Toute l'actu en bref