Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les partisans de Narendra Modi ont célébré la victoire de leur parti devant le quartier général du BJP à Lucknow,en se lançant de la poudre couleur safran, la teinte emblématique du parti, et en distribuant des pâtisseries.

KEYSTONE/EPA/RAJAT GUPTA

(sda-ats)

Le parti nationaliste du premier ministre indien Narendra Modi a remporté samedi une victoire écrasante dans l'Uttar Pradesh. Ce succès devrait conforter le chef du gouvernement dans sa volonté de briguer un deuxième mandat à la tête du pays en 2019.

Selon les résultats quasi-définitifs annoncés par la Commission électorale, le Bharatiya Janata (BJP) de M. Modi a remporté à lui seul au moins 311 sièges sur 403 dans l'assemblée de cet Etat du nord de l'Inde. terrain d'affrontement électoral majeur, L'Uttar Pradesh compte 220 millions d'habitants - un Indien sur six.

Près de 40% des suffrages se sont portés sur le parti nationaliste, non loin du score que le BJP avait obtenu dans l'Uttar Pradesh lors des élections fédérales de 2014, qui ont porté Narendra Modi au pouvoir.

Un "tsuNaMo"

Aucun parti n'avait atteint une majorité aussi écrasante dans cette région, au complexe tissu social de castes et de communautés, depuis les grandes heures du parti du Congrès au début des années 1980 sous le règne d'Indira Gandhi.

"J'adresse du fond du coeur mes remerciements au peuple de l'Uttar Pradesh. C'est une victoire historique pour le BJP: une victoire pour le développement et la bonne gouvernance", a réagi le Premier ministre sur son compte Twitter.

Pour le BJP, "c'est un mandat historique donné par le peuple de ces États", s'est de son côté félicité le chef du parti, Amit Shah. Une télévision indienne est allée jusqu'à parler de "tsuNaMo" (NaMo comme Narendra Modi).

Ses partisans se sont réunis dans la capitale régionale Lucknow et à New Delhi pour célébrer la victoire du BJP en s'aspergeant de peinture en pleine Holi, la fête des couleurs que les Hindous célèbrent ce week-end.

Le Congrès reprend le Pendjab

Le BJP a également remporté une nette victoire dans l'Etat montagneux de l'Uttarakhand, avec 57 sièges sur 70. Le parti de Congrès se consolera quant à lui avec sa reconquête du Pendjab (nord), où il décroche 77 sièges sur 117.

Le Congrès arrivait également en tête dans les deux derniers Etats qui publiaient leurs résultats samedi, Manipur (nord-est) et Goa. Mais le BJP a affirmé être en mesure d'y former des coalitions gouvernementales.

Le BJP avait fait de sa campagne un referendum autour de la personne de M. Modi, saturant l'espace public de son image et de sa présence. "On dit que la route de Delhi passe par Lucknow. Cette victoire met M. Modi en position extrêmement favorable pour 2019", lorsqu'il briguera un second mandat, estime Gilles Verniers, professeur à l'université indienne d'Ashoka.

Populisme

La pratique du pouvoir de M. Modi tend à instaurer "un lien direct entre le Premier ministre et la population, où les institutions et les partis n'ont pas voix au chapitre", note-t-il. "Tout est ramené à la force et la capacité de travail d'un seul individu. On est là dans le parfait manuel du populisme", ajoute l'expert.

Narendra Modi pourra aussi en déduire que sa décision de remplacer les billets de 500 et 1000 roupies pour lutter contre l'évasion fiscale était justifiée. La décision surprise du gouvernement, le 8 novembre, de démonétiser ces coupures qui représentent 86% de l'argent en circulation en Inde a perturbé la vie quotidienne de la population et freiné la consommation des ménages.

Les investisseurs espèrent désormais que cette victoire électorale incitera Narendra Modi à mener d'autres réformes.

ATS