Toute l'actu en bref

Les pompiers se sont battus toute la nuit pour protéger le centre historique de Funchal.

KEYSTONE/AP/HELDER SANTOS

(sda-ats)

Les incendies qui font rage sur l'île portugaise de Madère ont fait trois morts dans la nuit de mardi à mercredi. Un millier de personnes ont dû être évacuées, dont des touristes, ont par ailleurs indiqué les autorités.

Alors que les incendies semblaient se calmer mercredi après-midi à Madère, les feux de forêt continuaient de frapper le Portugal continental. Lisbonne a demandé de l'aide à l'Europe, en activant le Mécanisme européen de protection civile, et aussitôt obtenu l'envoi d'un avion bombardier d'eau italien.

A Madère, les trois victimes sont décédées dans l'incendie de deux immeubles d'habitation, près des quartiers historiques de Funchal, dont le centre ville a été atteint par le feu dans la nuit de mardi à mercredi. Un hôtel situé sur les hauteurs de la ville a été détruit, d'autres ont été frôlés par les flammes.

Vacanciers évacués

"Nous avons évacué par précaution nos 140 clients", qui ont passé la nuit dans un stade à l'ouest de la ville, a raconté Ricardo Correia, l'un des responsables de l'hôtel Castanheiro à Funchal. "La situation s'est calmée ce matin et les clients sont en train de revenir progressivement dans l'établissement".

Plusieurs vacanciers venus du Royaume-Uni et d'Allemagne, dont le nombre n'a pas pu être établi, ont dû être évacués de leurs hôtels et relogés par les autorités locales. Mais aucun d'entre eux n'a été blessé, a-t-on appris de sources diplomatiques.

"Environ mille personnes ont dû être évacuées de maisons et d'hôtels, des riverains et des touristes", a indiqué le maire de Funchal Paulo Cafofo, cité par l'agence de presse portugaise Lusa. Trois cents personnes ont été logées dans le stade de Barreiros, 600 autres dans une caserne de l'armée portugaise, installées sur des lits de camp.

Renforts envoyés

Les pompiers se sont battus toute la nuit pour protéger le centre historique de Funchal. "Je pensais avoir déjà vécu le pire dans cette ville", se désolait une riveraine, alors que des inondations et glissements de terrain à Madère avaient fait plus de 50 morts en 2010.

Lisbonne a envoyé dans la nuit une équipe de 120 hommes en renfort, composée de pompiers, médecins et gendarmes. L'archipel portugais des Açores, au milieu de l'Atlantique, a envoyé 30 hommes.

Le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa était attendu à Madère en fin de journée, et le Premier ministre Antonio Costa devait s'y rendre jeudi. Le président du gouvernement régional, Miguel Albuquerque, a indiqué mercredi matin que plusieurs fronts étaient encore actifs, mais "sous contrôle".

Risque très élevé

Le Portugal continental est également touché depuis vendredi par de très importants feux de forêt. La moitié nord du pays était presque entièrement placée en risque "très élevé" à "maximum" d'incendie au moins jusqu'à vendredi. Dans l'ensemble du Portugal continental, 4500 hommes combattaient 185 incendies mercredi midi, dont 14 de grande ampleur.

Par ailleurs, un Allemand résidant depuis 30 ans au Portugal est décédé mercredi dans le centre du pays dans l'incendie de sa caravane. Les services de secours l'avaient initialement présenté comme une victime des feux de forêt, avant de revenir sur cette version en éclaircissant les circonstances de cette mort accidentelle.

sda-ats

 Toute l'actu en bref