Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pas de traditionnel bouquet de fleurs pour la présidente de la Confédération Doris Leuthard, au terme de son discours inaugural de l'assemblée de son parti, le PDC, samedi à Berne, mais une corbeille de légumes bio.

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Le PDC doit rester un parti populaire et centriste, ont lancé ses dirigeants lors d'une assemblée des délégués samedi à Berne. Ces derniers ont voté largement en faveur de la naturalisation facilitée et de la Stratégie énergétique 2050.

Le contexte actuel, marqué par des crises et la montée de mouvements populistes, est une chance pour le PDC, selon son président Gerhard Pfister. Dans ces temps, on a plus que jamais besoin d'une politique faite de repères, de responsabilité et de sécurité. Ce sont les valeurs chrétiennes-démocrates de l'Europe et du PDC.

En 2016, le parti a pu renforcer son profil de parti de la classe moyenne, qui intègre pleinement des points de vue différents, a poursuivi le Zougois dans son discours de clôture de l'assemblée. Mais le PDC doit aussi se renouveler.

Le sondage lancé auprès de la base du parti a livré ses résultats. Des mesures concrètes seront prises ces prochains mois, a précisé le conseiller national. La nouvelle stratégie du parti qui en résultera sera votée l'été prochain lors d'une assemblée à Genève.

Equilibre

Avant Gerhard Pfister, la présidente de la Confédération Doris Leuthard a également évoqué le contexte mondial, avec la globalisation et les "nouveaux murs" qui s'érigent. C'est l'occasion pour le PDC de s'afficher comme le parti du centre et du consensus.

Dans la vie, on a besoin d'équilibre, par exemple entre une politique régulatoire et l'économie, a dit Mme Leuthard. Le PDC doit donc soutenir la classe moyenne et mener une politique conséquente pour y parvenir. "C'est le juste chemin pour le parti."

La globalisation a apporté des choses positives aux citoyens suisses. Mais pour maintenir ce niveau de vie et l'améliorer, il faut aller de l'avant. Cela nécessite des réformes, comme celle de l'imposition des entreprises (RIE III) ou la Stratégie énergétique 2050, a poursuivi la ministre de l'énergie.

Soutien à la naturalisation facilitée

Une stratégie que les délégués PDC ont soutenu largement, par 266 voix contre 12 et 9 abstentions. Le peuple devrait se prononcer sur cet objet le 21 mai, suite au référendum déposé par l'UDC avec près de 70'000 signatures. La Stratégie énergétique 2050 de Doris Leuthard vise une sortie progressive du nucléaire et doit provoquer un tournant énergétique vert.

Les délégués ont également clairement affiché leur soutien à la naturalisation facilitée pour les étrangers de la troisième génération. Ils ont voté à 214 contre 60 en faveur de cet objet soumis au vote le 12 février.

Ce résultat reflète peu ou prou le vote du groupe parlementaire PDC aux Chambres fédérales. Au National, tous les députés ont soutenu la proposition. Au Conseil des Etats, une majorité des représentants du parti l'avaient rejetée, avant tout pour des raisons liées au fédéralisme. Le projet vise à instaurer une réglementation uniforme à l'échelle nationale.

ATS