Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président du prestigieux club de football du Bayern Munich Uli Hoeness était l'invité vedette mercredi du symposium des Alpes à Interlaken (BE).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Invité au symposium des Alpes à Interlaken (BE), le président du club de football du Bayern Munich Uli Hoeness ne s'est pas dérobé mercredi aux questions des journalistes. Il a évoqué sa condamnation pour fraude fiscale ou les élections législatives en Allemagne.

Réélu triomphalement en novembre à la tête du club de football le plus titré d'Allemagne, Uli Hoeness avait été condamné en mars 2014 à trois ans et demi de prison pour fraude fiscale. Il avait omis de déclarer au fisc 28,5 millions d'euros de revenus boursiers. Il a finalement passé huit mois derrière les barreaux.

Cette incarcération a été une période difficile, a-t-il avoué lors d'un entretien avec des représentants de la presse. Il a expliqué que cette privation de liberté l'a rendu plus généreux et plus humble. Cette période lui a aussi permis de se pencher sur son parcours de vie. Mais il n'entend pas écrire sa biographie.

Uli Hoeness a aussi évoqué les élections législatives cette année en Allemagne. Sans dévoiler précisément ses affinités politiques, il a toutefois expliqué qu'il déplorait les succès engrangés par les partis populistes qui prospèrent en s'emparant de la question des migrants.

Le président du Bayern Munich estime que les partis traditionnels ont encore jusqu'en septembre pour résoudre les problèmes liés à l'afflux de demandeurs d'asile.

ATS