Le prix du lait a baissé de 2% en Suisse en 2016


 Toute l'actu en bref

Evolution du prix du lait en Suisse ces dix dernières années.

Office fédéral de l'agriculture

(sda-ats)

En 2016, le prix moyen payé aux producteurs pour le lait suisse s'est établi à 60,64 centimes par kilogramme (ct./kg). Cela représente une diminution de 1,23 centime (-2%) par rapport à l'année précédente. Le prix avait déjà reculé en 2015.

L'année passée, le prix du lait de centrale conventionnel a été le plus bas et a subi la plus forte baisse (-4,5% ou -2.57, à 54,51 ct./kg), a indiqué mardi l'Office fédéral de l'agriculture. Le prix total du lait conventionnel transformé en fromage a reculé de 3,2% (-2,15, à 65,31 ct./kg).

Quant au lait conventionnel livré aux fromageries artisanales, son prix a enregistré une baisse moins importante (-2,6% ou -1,90, à 71,26 ct./kg). Si le prix du lait conventionnel a reculé en 2016, celui du lait bio a en revanche augmenté (+1% ou +0,78, à 78,29 ct./kg).

Influence internationale

En 2016, le prix du lait à la production a également baissé dans l'Union européenne (-9,1 % ou -2,77, à 27,91 euros/100 kg). L'UE est le principal partenaire commercial de la Suisse pour les produits laitiers. Une importante part des exportations suisses de fromage est destinée à ce marché.

L'évolution de la situation du marché laitier européen a donc une incidence sur le prix de la matière première (lait cru) en Suisse. De ce fait, le prix du lait payé aux producteurs suisses est influencé par l'évolution des prix au sein de l'UE et sur le marché mondial.

L'évolution de l'offre et de la demande de produits laitiers à l'échelle mondiale et en particulier la baisse des prix de produits laitiers sur les marchés internationaux sont les principaux facteurs à l'origine du recul du prix du lait en 2016, explique l'OFAG.

Manifestation

Jeudi passé, des producteurs de lait, emmenés par le syndicat Uniterre, ont manifesté à Berne pour exiger des contrats-types d'une année fixant le prix et la quantité à produire, comme le stipule la loi sur l'agriculture. Aujourd'hui, seuls 10% des producteurs de lait ont des contrats fixes, ont-ils critiqué.

La branche est toutefois divisée sur les mesures à prendre. IP-Lait, la plate-forme commune de l'économie laitière suisse, a proposé pour sa part d'établir un contrat-type de mois en mois, un modèle clairement rejeté par Uniterre. Il est en consultation jusqu'au 20 mars avant que le Conseil fédéral décide ou non de rendre ce règlement obligatoire.

ATS

 Toute l'actu en bref