Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le marché du travail en Suisse s'est dégradé tant en décembre que sur l'ensemble de l'année 2016 (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Le nombre de chômeurs en Suisse a crû de 4,6% en 2016 en moyenne annuelle par rapport à 2015, à 149'317 personnes. Le taux de chômage moyen a augmenté de 0,1 point pour se fixer à 3,3% de la population active, au plus haut depuis 2010.

La dégradation du marché du travail est intervenue malgré un environnement macro-économique marqué par "une croissance solide et une stabilisation conjoncturelle progressive", a relevé mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Le premier semestre a été caractérisé par une décrue, le second par une poussée.

En effet, entre janvier et fin juin, le nombre de chômeurs a diminué de 24'500 personnes pour revenir à 139'127. Ensuite, depuis juillet, la situation s'est détériorée avec un bond des effectifs d'un peu plus de 20'000 personnes en six mois, pour toucher à fin décembre 159'372 individus.

Les fortes augmentations de novembre et de décembre s'expliquent surtout par des facteurs saisonniers, notamment dans la construction et l'hôtellerie-restauration. Les services du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann relèvent que le taux de chômage désaisonnalisé n'a plus subi de hausse depuis quinze mois, demeurant à 3,3%.

Poussée en décembre

Au cours du seul mois de décembre, l'effectif des chômeurs inscrits auprès d'un Office régional de placement (ORP) a progressé de 10'144 personnes (+6,8%) par rapport à novembre et de 743 en rythme annuel (+0,5%). Le taux de chômage a ainsi connu une poussée de 0,2 point par rapport au mois précédent à 3,5% de la population active.

Le chômage des jeunes, soit les individus âgés entre 15 et 24 ans, un groupe scruté par certains observateurs, a pour sa part crû de 1,6% sur un mois pour affecter 19'216 personnes, mais a reculé de 6,8% sur un an. Le taux de chômage a atteint 3,5% (+0,1 point au regard de novembre).

Le nombre des demandeurs d'emploi s'est quant à lui fixé à 223'413 à fin décembre, soit 8198 personnes de plus qu'un mois plus tôt (+3,8%), et 3204 personnes (+1,5%) qu'un an plus tôt. Outre les chômeurs, la catégorie réunit les individus au bénéfice d'une formation ou se trouvant en situation de gains intermédiaires.

A fin décembre, le nombre de places vacances annoncées auprès des ORP a diminué de 1175 unités à 9639.

Dégradation en Valais

D'un point de vue géographique, le marché du travail s'est dégradé dans tous les cantons romands en décembre. La plus forte détérioration est survenue en Valais où le taux de chômage a bondi de 1,3 point par rapport à novembre, à 5,1% de la population active.

Le canton du Valais dénombrait ainsi 8860 chômeurs à fin décembre, un effectif en croissance de 2321, selon le SECO. La poussée s'explique par des motifs saisonniers, notamment dans les secteurs de la construction et de l'hôtellerie-restauration.

Ailleurs, le taux de chômage a augmenté de 0,5 point dans le canton du Jura à 5,1%, pour un nombre de chômeurs en hausse de 169, à 1865. A Fribourg, il a progressé de 0,4 point au regard de novembre à 3,1% de la population active, un coefficient qui reste, et de loin, le plus bas de Suisse romande (+661 chômeurs à 5038).

Neuchâtel le plus touché

A l'autre bout du classement, Neuchâtel a conservé son statut de canton le plus touché par le chômage en Suisse. En décembre, le taux s'est accru de 0,4 point pour se fixer à 6,3% de la population active, avec un effectif de chômeurs de 5840 (+434).

Dans le canton de Vaud, le taux de chômage a augmenté de 0,3 point pour se fixer à 5% de la population active, avec un nombre de chômeurs de 19'703 (+1236). Du côté de Genève, il s'est accru de 0,1 point, soit la hausse mensuelle la plus faible de Suisse romande, à 5,5%, pour un effectif de 12'947 chômeurs (+217).

A Berne, le coefficient de chômage a progressé de 0,2 point en décembre, à 3%. Dans le canton de Zurich, le plus peuplé du pays, il s'est dégradé de 0,1 point, à 3,8%, un niveau supérieur à la moyenne nationale de 3,5%. Le taux le plus bas se trouve à Obwald, le petit demi-canton de Suisse primitive affichant 1% (+0,1 point).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS