Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Mike Pence et son épouse Karen ont déposé une gerbe en hommage aux victimes du nazisme lors de sa visite dans le camp de Dachau.

KEYSTONE/AP POOL dpa/SVEN HOPPE

(sda-ats)

Le vice-président américain Mike Pence s'est recueilli dimanche lors d'une visite du camp nazi de Dachau en Allemagne. Il a appelé sur Twitter à ne "jamais oublier les atrocités commises contre les juifs et les autres pendant l'Holocauste".

M. Pence était accompagné de sa femme et de sa fille pour cette "visite émouvante" dans l'ancien camp situé au nord-ouest de Munich. Ils ont ensuite assisté à un service religieux protestant.

Dachau fut le premier camp de concentration mis en place par le régime nazi. Quelque 41'500 Juifs, homosexuels, tziganes et autres dissidents y ont été tués. Lors de sa libération le 29 avril 1945, environ 30'000 personnes originaires de 31 pays différents ont pu être sauvées.

Actes antisémites

Cette visite a été remarquée aux Etats-Unis où les actes antisémites et xénophobes ont augmenté depuis l'élection de Donald Trump. Le milliardaire républicain a nommé conseiller à la Maison Blanche Steve Bannon, l'ancien dirigeant du site d'informations Breitbart, proche de l'extrême droite.

L'observatoire de l'extrémisme, le Southern Poverty Law Center, a recensé 867 cas de harcèlement et d'intimidation dans les dix jours ayant suivi la victoire de M. Trump à l'élection du 8 novembre. Il a souligné dans un rapport que "de nombreux auteurs (de ces actes) ont évoqué le nom de Trump pendant" qu'ils les commettaient.

D'après CNN, 48 synagogues et centres culturels juifs ont reçu près de soixante alertes à la bombe en janvier aux Etats-Unis et dans une province canadienne.

A Bruxelles

Mike Pence est arrivé en début d'après-midi à Bruxelles, seconde étape de sa tournée européenne après l'Allemagne. Il devait rencontrer dimanche soir le Premier ministre belge Charles Michel, avant des entretiens prévus lundi avec les présidents du Conseil européen et de la Commission européenne, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker.

ATS