Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Porte d'entrée entrouverte aux Etats-Unis pour les binationaux suisses concernés (archives)

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Les Suisses binationaux ressortissants d'un des sept pays concernés par le décret anti-immigration de Donald Trump devraient pouvoir se rendre aux Etat-Unis, a communiqué mardi le DFAE. Ils doivent pour cela avoir un visa valable dans un passeport suisse.

Le Département des affaires étrangères (DFAE) a négocié avec les autorités américaines afin de défendre les droits des citoyens helvétiques. Berne a obtenu un assouplissement de la règle qui permettra aux binationaux suisses de pouvoir se rendre aux Etats-Unis, ont annoncé les services de Didier Burkhalter.

Dans un premier temps, l'ambassade américaine avait déclaré: "Les voyageurs disposant d'une nationalité ou double nationalité d'un de ces pays n'ont pas le droit d'entrer aux Etats-Unis et ne peuvent pas demander de visas durant 90 jours".

Les binationaux possédant un passeport de l'Irak, l'Iran, la Libye, la Syrie, la Somalie, le Soudan ou le Yémen auraient donc été concernés par l'interdiction.

Le DFAE veille

La Helpline du DFAE a de son côté reçu plusieurs demandes de renseignements. Une trentaine environ, surtout pour des questions touristiques. Certaines proviennent de "binationaux" mais d'autres aussi de simples citoyens suisses. "Nous n'avons reçu en revanche aucune information de personnes bloquées en Suisse", avait indiqué lundi à l'ats une porte-parole DFAE.

Les services de Didier Burkhalter restent en contact avec les autorités américaines pour suivre attentivement l'évolution de la mise en oeuvre du décret controversé et son impact pour la Suisse. Il s'agit pour le DFAE de veiller à protéger les intérêts des citoyens helvétiques ayant une double nationalité.

Pour rappel, une quarantaine de clients de la compagnie Swiss ont déjà pâti de la mesure jusqu'ici. Dimanche, Didier Burkhalter avait estimé que le décret de M. Trump allait "clairement dans la mauvaise direction".

ATS