Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les syndicats critiquent la collaboration des CFF et de La Poste avec Uber (archives).

KEYSTONE/AP/ERIC RISBERG

(sda-ats)

Les CFF et La Poste ne doivent pas collaborer avec Uber, estiment les syndicats Unia, SEV et Syndicom. Le service de transport américain ne respecte pas la législation suisse, selon eux.

Dans le viseur des syndicats: les applications "Mon voyage" des CFF et NordwestMobil de CarPostal. Les collaborations avec Uber doivent "cesser avec effet immédiat", exigent mardi les syndicats dans un communiqué commun.

Dans sa réponse à la conseillère nationale Edith Graf-Litscher (PS), le Conseil fédéral a dit lundi attendre "des entreprises appartenant à la Confédération et de leurs partenaires qu'ils se conforment aux prescriptions légales".

Alors même que la Suva a qualifié Uber d'employeur, le groupe refuse de reconnaître ses employés comme tels et de verser les cotisations dues aux assurances sociales. Uber ne paie pas non plus de TVA et refuse toute coopération avec les autorités chargées de l'application du droit, écrivent les syndicats.

Pas que Uber

Les CFF prévoient l'intégration des services de taxi dans l'application pour le premier semestre 2017. Celle d'Uber est encore à l'étude actuellement, a indiqué à l'ats Frédéric Revaz, porte-parole des CFF.

Les CFF sont régulièrement en contact avec les partenaires sociaux et privilégient le dialogue direct avec ceux-ci. L'application "Mon Voyage" fait partie des thèmes qui sont traités dans ces rencontres régulières avec les syndicats, précise M. Revaz.

De son côté, CarPostal collabore, via son application "NordwestMobil", avec plusieurs partenaires pour offrir aux voyageurs différentes possibilités de déplacement le long de la chaîne de mobilité, explique Valérie Gerl, porte-parole de CarPostal.

Parmi celles-ci, l'entité de La Poste "propose les services d'Uber qui, jusqu'à présent, opère légalement en Suisse". Une dénonciation de cette collaboration n'est donc pas à l'ordre du jour actuellement.

Uber: circulez, il n'y a rien à voir

Les Suisses combinent aujourd'hui déjà les offres des CFF et de CarPostal avec Uber pour couvrir les derniers kilomètres jusqu'à leur maison, a dit à l'ats Rasoul Jalali, manager d'Uber en Suisse. Uber est une alternative à la voiture privée et ainsi une "pierre importante pour résoudre les problèmes de circulation et de stationnement dans les villes".

ATS