Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A l'image des mois précédents, les exportations suisses ont poursuivi leur progression en février, reflet de la croissance des envois à l'étranger de produits chimiques et pharmaceutiques (photo prétexte).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les exportations suisses ont progressé de 0,9% sur un an en février, la hausse des livraisons de produits chimiques et pharmaceutiques compensant tout juste le repli des envois de montres. Les importations ont quant à elles augmenté plus fortement, soit de 5,4%.

Au final, la balance commerciale boucle sur un excédent de 3,3 milliards de francs, écrit mardi l'Administration fédérale des douanes (AFD). En termes réels, les exportations corrigées des jours ouvrables ont cependant fléchi de 2,5% sur un an à 17,8 milliards. Au regard du mois précédent, elles ont aussi diminué de 2,5%.

L'évolution favorable enregistrée ces derniers mois s'est donc poursuivie, mais le rythme de la progression s'est révélé moins soutenu, note l'AFD. A l'image de janvier, la croissance affichée en février a uniquement reposé sur les envois de produits pharmaceutiques et chimiques. En excluant ces derniers, les exportations helvétiques se sont contractées de 2%.

Alors que les envois de métaux ont bondi de 10% à 1,07 milliard de francs, ceux de produits chimiques et pharmaceutiques se sont étoffés de 4,2% à 7,74 milliards. Les exportations de machines et d'électronique ont aussi progressé, soit de 2,8% à 2,4 milliards.

Nouveau repli pour l'horlogerie

Troisième secteur exportateur, l'horlogerie a une nouvelle fois vu ses livraisons à l'étranger se tasser de 6,2% à 1,49 milliard de francs. La bijouterie et joaillerie a aussi subi un revers, ses exportations dégringolant de 20,9% à 803 millions.

De leur côté, les importations ont fléchi en termes réels de 1,2% à 14,6 milliards de francs. Sur un mois, elles ont en revanche augmenté de 2,9%. Les entrées ont ainsi atteint leur plus haut niveau sur les quatre derniers mois.

ATS