Les forces de Bagdad tentent d'encercler la Vieille ville à Mossoul


 Toute l'actu en bref

Les forces gouvernementales irakiennes ont progressé en tenaille vers la Vieille ville de Mossoul depuis la nuit dernière, mais sont exposées à la résistance des djihadistes.

KEYSTONE/AP/FELIPE DANA

(sda-ats)

Les forces gouvernementales irakiennes tentent d'encercler la Vieille ville de Mossoul, où sont retranchés les combattants du groupe Etat islamique. Attentats à la voiture piégée et sabotages de bâtiments ralentissent leur progression, selon des officiers irakiens.

Bagdad avait annoncé mercredi avoir repris un troisième pont sur le Tigre. Le Pont de fer relie la partie orientale de Mossoul, reconquise en janvier par les forces gouvernementales, à la Vieille ville, sur la rive occidentale du fleuve. Dans la nuit de mercredi à jeudi, plusieurs autres secteurs de la partie occidentale de Mossoul ont été repris, dont l'hôpital.

Selon le général Haïdar Dhirgham, de la police fédérale irakienne, les troupes de Bagdad ont depuis progressé en tenaille vers la Vieille ville, mais sont exposées à la résistance des djihadistes. Jeudi matin, ces derniers ont lancé trois attaques kamikazes à la voiture piégée.

"Il ne reste plus que quelques quartiers comme la Vieille ville où (les rues) sont trop étroites pour que nos forces puissent y entrer prochainement", a poursuivi Dhirgham. "Je m'attends à la libération complète de Mossoul dans un mois", a-t-il ajouté.

Dernier bastion urbain de Daech

Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak, est tombée entre les mains du groupe djihadiste Etat islamique (EI) en juin 2014, qui y avait établi son "califat".

Les forces pro-gouvernementales, appuyées par les moyens de la coalition internationale sous commandement américain, ont lancé une contre-offensive le 17 octobre dernier. Après avoir repris en une centaine de jours les quartiers situés sur la rive gauche du Tigre, elles se sont lancées le 19 février à la conquête de la rive droite.

Bagdad estime à 6000 le nombre de djihadistes toujours présents dans le dernier bastion urbain de l'EI en Irak. La chute de Mossoul constituerait un revers majeur pour l'organisation ultra-radicale sunnite.

Plus de 150'000 personnes ont fuit

Au total, 152'857 personnes ont quitté leur domicile à Mossoul-Ouest et ses environs en raison de l'opération des forces irakiennes pour reprendre la deuxième ville du pays aux djihadistes, a indiqué jeudi le ministère des Migrations et Déplacés.

Plus de 98'000 d'entre elles ont trouvé refuge dans des camps établis dans les environs de Mossoul, où elles reçoivent soins, vivres, couvertures et matelas en mousse, a précisé le ministère. Il a ajouté que quelque 54'000 personnes avaient rejoint des secteurs repris à l'EI.

Mercredi, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) avait recensé de son côté près de 100'000 déplacés à Mossoul-Ouest, un chiffre n'incluant pas l'ensemble des personnes se trouvant hors des camps.

La population de la ville était estimée à 2 millions d'habitants avant la prise de Mossoul par l'EI.

ATS

 Toute l'actu en bref