Toute l'actu en bref

Bon nombre des agressions contre le personnel hospitalier ont lieu aux urgences des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) (archives).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Les violences et agressions contre le personnel soignant augmentent aux HUG. En trois ans et demi, 99 collaborateurs en ont été victimes. Les HUG renforcent les mesures pour lutter contre un phénomène "inacceptable".

"C'est un sujet dont on parle peu, sauf dans des cas extrêmement graves comme celui du drame d'Adeline", a déclaré le directeur des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) Bertrand Levrat jeudi devant la presse à Genève. Or, reflétant l'évolution de la société, le phénomène de la violence à l'égard du personnel est en hausse.

Se situant aux environs de 20 à 23 par an en 2013 et 2014, le nombre de cas a passé à 32 en 2015. Il se monte déjà à 23 pour le seul premier semestre de 2016. Et ces chiffres ne tiennent pas compte des agressions verbales, pain quotidien du personnel, note le directeur.

Coup de couteau

Les violences sont le fait de patients ou de leurs proches, essentiellement dans les services de psychiatrie ou aux urgences où les temps d'attente peuvent entraîner des frustrations. Coups de poing, de pied, morsures, tentatives de strangulation, il s'agit d'agressions physiques fortes. Récemment une soignante a reçu un coup de couteau à l'épaule, a rappelé M.Levrat.

Dans le détail, sur la période de janvier 2013 à juillet 2016, 60% des cas sont classés dans dans le plus haut degré de gravité, a souligné André Laubscher, directeur des soins aux HUG. Ils ont nécessité une intervention physique du service Prévention-Sécurité-Surveillance (SPSS) des HUG qui compte 29 agents de sécurité.

sda-ats

 Toute l'actu en bref