Les Suisses frustrés sur la Streif


 Toute l'actu en bref

Que de regrets pour les Suisses à Kitzbühel. Beat Feuz, victime d'une chute dans la traverse finale, et Carlo Janka, 5e, ont tutoyé l'exploit lors d'une descente remportée par l'Italien Dominik Paris.

L'amertume est particulièrement vive pour Beat Feuz, qui faisait partie des grands favoris après sa 3e place de la veille en super-G. Etincelant durant la première minute trente de course, le Bernois comptait plus de 70 centièmes d'avance sur Dominik Paris au moment d'attaquer la célèbre traverse de la Streif.

Mais alors que la victoire lui tendait les bras, l'Emmentalois a mal négocié son entrée dans le dévers, se faisant asseoir sans parvenir à se récupérer. Le coureur de Schangnau a terminé sa course dans les filets de sécurité, mais sans se faire mal. Pour un coureur qui a été si souvent blessé, c'est évidemment une bonne nouvelle, même si cela n'atténuera pas sa déception d'être passé si près de la victoire.

Pour Carlo Janka non plus, il n'a pas manqué grand-chose. Egalement rapide sur le haut du parcours, le Grison a légèrement flanché en fin de course. Et même s'il n'a pas chuté comme son coéquipier, c'est dans la traverse qu'il a perdu la victoire face à Dominik Paris. Sur la ligne, Carlo Janka a lâché 44 centièmes à l'Italien, le podium étant complété par deux Français qui n'étaient pas attendus à un tel niveau: Valentin Giraud Moine (2e à 0''21) et Johan Clarey (3e à 0''33).

Tandis que Dominik Paris s'offrait sa troisième victoire à Kitzbühel - succès en super-G en 2015 et en descente en 2013 -, Beat Feuz et Carlo Janka devront revenir l'an prochain pour espérer triompher dans la Mecque de la vitesse. Sur le podium l'hiver dernier en descente - Feuz 2e, Janka 3e -, à nouveau dans le coup cette année, le Bernois et le Grison ont vraiment les moyens de s'imposer un jour sur la Streif.

Mais avant de penser à l'édition 2018, les deux hommes auront de nouveaux gros défis à relever ces prochaines semaines. Tous deux semblent avoir atteint leur pic de forme de l'hiver, et c'est évidemment de très bon augure avant les championnats du monde de St-Moritz du début février.

ATS

 Toute l'actu en bref