Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Est-ce là déjà une passation de pouvoir définitive?

Handicapé par un effectif trop juste, Nice a été accroché chez lui par Metz (0-0), un des cancres de Ligue 1 tandis que Monaco, flamboyant, a douché les espoirs de l'OM (4-1) et pris la tête du classement au soir de la 20e journée.

La reprise de Nice n'a pas été à la hauteur des attentes. La formation de Lucien Favre, en dépit d'une certaine domination dans le jeu, a été tenue en échec par l'avant-dernier du championnat, après ce qui a sans doute été sa plus mauvaise prestation de la saison. Les Niçois, bien que toujours à l'aise dans la conservation du ballon, ont manqué de souffle et d'inspiration face au bloc adverse.

Favre a certes récupéré sa charnière défensive Baysse - Dante pour cette rencontre, mais les absences d'Eysseric, Belhanda (blessés), Seri (à la CAN) et Balotelli (suspendu) ont privé l'Ogécé du mordant nécessaire en phase offensive.

Tout le contraire de Monaco, qui a ramené Marseille et son public sur terre au Vélodrome. Les Phocéens, qui avaient gagné leur quatre derniers matches de Ligue 1, étaient déjà menés 2-0 après une vingtaine de minutes de jeu (Lemar et Falcao). Ils ont entretenu l'illusion par une tête de Rolando à la 28e avant de s'effondrer face à l'excellent Bernardo Silva, auteur d'un doublé.

Les Monégasques sont à égalité de points avec Nice mais devancent l'Ogécé à la différence de buts. Le tandem possède deux longueurs d'avance sur le PSG, vainqueur samedi contre Rennes (1-0).

ATS