Toute l'actu en bref

En viticulture biologique, le traitement au kaolin pour lutter contre la drosophile du cerisier donne des taches blanchâtres au raisin. Sans incidence sur le goût, précise Agroscope.

Keystone/Christian Linder

(sda-ats)

Au cours de l'été, la drosophile du cerisier a provoqué d’importants dégâts sur les cerisiers, les petits fruits mal protégés et pour la première fois sur les abricotiers. Dans la viticulture biologique, Agroscope recommande aux exploitants d'utiliser le kaolin.

Pour l'heure, la part des baies atteintes reste faible, de l'ordre de 0,6%, selon les observations du centre de compétences de la confédération pour la recherche agricole. Si les conditions météo ne changent pas du tout au tout, la pourriture ascétique due à la ponte de la drosophile devrait s'avérer limitée, indique lundi Agroscope dans un communiqué.

L'usage de produits phytosanitaires est à prendre en compte à partir d'un seuil d'infection de 4% ou lorsque deux contrôles hebdomadaires sont positifs. Pour la viticulture biologique, Agroscope recommande de prioriser le kaolin à base d'argile. Ce produit naturel, inoffensif pour l'homme, dérange les drosophiles lors de la ponte des oeufs. Il n'influence pas le goût du vin ni l'arôme du raisin.

sda-ats

 Toute l'actu en bref