Toute l'actu en bref

Le président palestinien Mahmoud Abbas a proposé vendredi de rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour relancer le processus de paix. Il a assuré que l'Autorité palestinienne fait le nécessaire pour mettre fin à la vague de violences anti-israéliennes.

"Nos forces vont dans les écoles pour fouiller les sacs des élèves à la recherche de couteaux, ce que vous ignorez", a-t-il expliqué lors d'une allocution sur la deuxième chaîne de télévision israélienne.

"Dans une école, nous avons trouvé 70 garçons et filles avec des couteaux. Nous les avons pris et nous leur avons dit: 'C'est une erreur. Nous ne voulons pas vous voir tuer et vous faire tuer. Nous voulons que vous viviez et que les autres vivent aussi", a poursuivi M. Abbas.

Le président palestinien communique rarement sur l'action des services de sécurité et la coopération avec les forces israéliennes, que beaucoup de Palestiniens assimilent à de la collaboration avec l'occupant.

Confiance

Benjamin Netanyahu le tient responsable du gel du processus de paix et l'accuse d'incitations à la violence, mais se dit prêt à le rencontrer pour renouer le dialogue. "Je le rencontrerai n'importe quand et je lui suggère donc de le faire", a poursuivi Mahmoud Abbas, qui s'exprimait en anglais.

"S'il me fait confiance et croit à une solution à deux Etats et si nous nous asseyons autour d'une table pour en parler, mon peuple retrouvera l'espoir et personne n'ira plus poignarder ou tirer" sur personne, a-t-il assuré.

Interrogé sur les raisons de cette ouverture, le président de l'Autorité palestinienne a répondu qu'il s'agissait d'un secret. "Il pourra vous en parler", a-t-il ajouté, parlant du Premier ministre israélien.

La vague de violences qui a débuté en octobre a coûté la vie à 28 Israéliens et deux Américains. Côté Palestinien, le bilan est de près de 200 tués, dont 129 étaient des agresseurs, selon les autorités israéliennes.

sda-ats

 Toute l'actu en bref