Manuel Valls présente son programme contre la "purge" de Fillon


 Toute l'actu en bref

Manuel Valls a critiqué les écarts au sein de l'UE, qu'il juge "déloyaux" (archives).

KEYSTONE/EPA/ETIENNE LAURENT

(sda-ats)

Manuel Valls a présenté mardi son programme pour la primaire de la gauche. Ce projet s'inscrit dans la continuité de la politique menée par François Hollande et est marqué par la volonté de maîtriser les déficits sans étouffer la croissance économique.

L'ancien Premier ministre, candidat à la primaire organisée par le Parti socialiste les 22 et 29 janvier, propose ainsi une réforme du pacte de stabilité européen pour garantir "une application intelligente" de ses règles, qui fixent en particulier la limite pour le déficit public à 3% du PIB.

Dans son programme, il explique vouloir maintenir ce déficit public sous les 3% mais sans chercher l'équilibre des finances publiques lors du prochain quinquennat.

"La gauche doit gagner"

Face à la gauche, le programme du candidat de la droite, François Fillon, est une "vaste purge", a-t-il dénoncé. "Le programme de la droite, c'est punir les Français, c'est donc une mécanique implacable de la désunion comme notre pays n'en aurait jamais connue au cours des dernières décennies." Selon lui, "la gauche doit gagner car la France a besoin de progrès, de justice sociale".

Toujours sur le front économique, il dit vouloir poursuivre la baisse des prélèvements obligatoires pour les classes moyennes et modestes. Il confirme vouloir défiscaliser les heures supplémentaires et créer un "revenu décent" d'environ 800 euros en fusionnant les minima sociaux existants.

Refonder l'Europe

En attendant une conférence de "refondation" de l'Europe qu'il appelle de ses voeux, Manuel Valls a souhaité une pause dans l'élargissement de l'Union et estimé que la Turquie n'avait "pas vocation" à l'intégrer.

Jugeant des écarts déloyaux au sein de l'UE, M. Valls propose aussi d'instaurer un salaire minimum européen variable suivant les pays (60% du salaire médian) ou d'encadrer dans un "corridor", avec un minimum et un maximum, les impôts sur les sociétés des Etats membres. Les multinationales du numérique comme Google ou Amazon seraient elles taxées là où leur chiffre d'affaires est réalisé.

Défense et sécurité

Il a ajouté qu'il souhaitait porter le budget de la Défense à 2% du PIB en 2025, créer au moins 1000 postes de policiers et de gendarmes par an, et sur la totalité du quinquennat, 1000 postes de magistrats, 1500 de greffiers et créer 10'000 places de prison.

Innovation budgétaire pour celui qui selon son entourage revendique "un droit d'inventer" plus qu'un droit d'inventaire: il propose une "provision" de 15 milliards d'euros sur le quinquennat pour faire face aux coups durs.

Manuel Valls, donné pour l'heure nettement distancé par les sondages à la présidentielle en cas de victoire à la primaire de la gauche, fait également plusieurs autres promesses dont un service civique obligatoire de six mois, la division par deux en cinq ans de l'écart salarial hommes-femmes, un prêt à taux zéro pour les entrepreneurs ou encore une revalorisation de 10% des minimas retraite.

ATS

 Toute l'actu en bref