Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les émissions produites en excès par rapport aux tests de valeurs limites ont eu un effet significatif sur la santé publique, pas seulement en Allemagne mais aussi à travers l'Europe (archives).

KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS

(sda-ats)

Les émissions polluantes supplémentaires émises par les véhicules Volkswagen truqués vendus en Allemagne de 2008 à 2015 entraîneront 1200 décès prématurés dans ce pays et chez ses voisins. Telle est la conclusion d'une étude parue vendredi.

"Les chercheurs estiment que 1200 personnes en Europe mourront prématurément, pouvant perdre jusqu'à dix ans de vie, du fait des émissions générées en excès" par rapport aux émissions attendues, souligne le Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui a pris part à cette étude, parue dans Environmental Research Letters.

Les chercheurs se sont penchés sur l'impact sanitaire lié aux 2,6 millions de véhicules concernés, vendus en Allemagne à cette période sous les différentes marques du groupe (VW, Audi, Skoda et Seat).

Pour eux, "les émissions produites en excès par rapport aux tests de valeurs limites ont eu un effet significatif sur la santé publique, pas seulement en Allemagne mais à travers l'Europe", puisque la pollution ne connaît pas les frontières.

Ainsi, ces décès prématurés concerneront probablement à hauteur de 40% l'Allemagne, mais aussi les pays voisins, notamment la Pologne, la République tchèque et la France.

ATS