Mort de Pierre Bouteiller, grande voix de la radio française


 Toute l'actu en bref

Pierre Bouteiller est arrivé à la radio France Inter au tout début des années 70 (archives).

Radio France

(sda-ats)

L'animateur Pierre Bouteiller, grande voix de la radio française et passionné de jazz, est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à Paris, a annoncé son ex-employeur France Inter. Il avait 82 ans.

"Il est parti cette nuit en écoutant du jazz, on lui a mis du Oscar Peterson, il adorait ce pianiste", a dit l'un de ses fils, Thierry. "Il est parti apaisé, il était très diminué", a dit son autre fils, Christian.

La dernière émission de Pierre Bouteiller à France Inter, "Quoi qu'il en soit", remonte au 2 avril 1999. Mais jusqu'à il y a encore deux ans, il avait continué de présenter, de sa voix chaude, un magazine hebdomadaire sur TSF Jazz.

Né le 22 décembre 1934 à Angers (centre-ouest), Pierre Bouteiller aura passé plus d'un demi-siècle derrière les micros, comme journaliste puis comme animateur. Il a consacré sa vie à la radio, hormis un bref passage à la direction des programmes de TF1 de 1981 à 1982.

Impertinent, caustique et subjectif

Cultivant l'impertinence avec ses émissions "Carnet de notes", "Au bénéfice du doute" ou "Le Masque et la plume", amoureux du jazz et pianiste à ses heures, il avait commencé sa carrière à Europe 1 en 1958. Grand reporter puis animateur d'une émission culturelle, il est limogé en 1969, un an après le mouvement de protestation étudiant et ouvrier, pour un gag irrévencieux sur le général de Gaulle.

Il propose alors une émission à la radio publique France Inter, "Embouteillages", et s'y installe durablement. Caustique, jamais avare d'un trait d'esprit, il aimait se définir comme un "journaliste subjectif". En 1989, il devient directeur des programmes de la station, jusqu'en 1996. Directeur de France Musiques de 1999 à 2004 (il rajoute alors le "s" à "Musique"), il avait été candidat fin 1995 à la présidence de Radio France.

Au printemps 2004, il est mis à la retraite par le PDG de Radio France, Jean-Paul Cluzel. Il se considère alors "évincé par un inspecteur des finances de passage venant d'inventer un nouveau concept: le limogeage pour cause de réussite".

Pierre Bouteiller était resté toutefois derrière les micros, à TSF Jazz, où il animait depuis 1999 une émission - quotidienne puis hebdomadaire - consacrée au jazz, "Si bémol et fadaises". Il l'avait arrêtée il y a deux ans.

ATS

 Toute l'actu en bref