Toute l'actu en bref

De nouveaux affrontements ont opposé jeudi des jeunes à la police à Paris et dans d'autres villes de France lors de nouvelles manifestations contre la réforme du droit du travail. Dans la capitale, six personnes ont été interpellées.

Elles ont été arrêtées pour des "jets de projectiles et "outrages" aux forces de l'ordre. Ces incidents ont précédé un défilé à l'appel d'organisations d'étudiants, ont indiqué les autorités. L'ambiance était électrique jeudi après-midi avec plusieurs tirs de gaz lacrymogène de la police répondant à des jets de projectiles.

Quatre blessés légers étaient déplorés parmi les manifestants, selon une source policière. Peu après 16h00, 400 manifestants étaient toujours présents sur la Place de la République.

En début de journée, deux membres de la direction d'une cité scolaire de l'est de Paris ont été agressés par deux jeunes, selon le rectorat, qui a porté plainte. L'établissement dans lequel se sont déroulés les faits est régulièrement bloqué depuis plusieurs semaines, à l'aide de poubelles et de barrières, par des lycéens qui réclament le retrait de la loi sur le travail.

Dans le sud du pays, quelques centaines de jeunes ont bloqué plusieurs lycées à Montpellier. Là encore, des heurts avec les forces de l'ordre ont éclaté en plusieurs endroits de cette ville.

"Solitude" des patrons

En déplacement dans la région parisienne, le Premier ministre Manuel Valls a été accueilli à Mantes-la-Jolie par une cinquantaine de manifestants, écartés sans ménagement par la police.

Près de Toulouse, c'est Pierre Gattaz, le président du Medef, la principale organisation des chefs d'entreprise français, qui a été la cible de quelque 200 protestataires présents pour railler sa présence à une conférence sur la "solitude" des patrons.

Dans d'autres villes comme Rennes, des manifestations organisées devant des établissements du géant du fast-food McDonald's pour dénoncer "l'évasion fiscale et la violation des droits syndicaux", ont aussi viré au rassemblement contre la loi sur le travail.

Dans l'espoir d'apaiser la contestation qui dure depuis plus d'un mois, le gouvernement a annoncé lundi une série de mesures d'aide à l'insertion des jeunes sur le marché de l'emploi. Ces dernières ont été favorablement accueillies par les principales organisations d'étudiants et de lycéens, qui continuent néanmoins de réclamer l'abandon de la réforme, d'inspiration trop libérale à leurs yeux.

sda-ats

 Toute l'actu en bref