Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura a présenté mercredi au Conseil de sécurité les résultats des dernières discussions intersyriennes, qui se sont achevées vendredi à Genève (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Le gouvernement syrien et les groupes d'opposition sont invités à reprendre les pourparlers de paix sous l'égide de l'ONU le 23 mars à Genève, a annoncé l'émissaire spécial de l'ONU pour la Syrie. Les quatre premiers cycles se sont achevés sans résultat concret.

Staffan de Mistura a révélé cette date mercredi après avoir présenté au Conseil de sécurité les résultats des dernières discussions difficiles qui se sont achevées vendredi dans la ville suisse. La guerre en Syrie a fait plus de 310'000 morts et des millions de réfugiés en six ans.

"A l'heure actuelle, j'ai l'intention de rappeler les invités à Genève pour un cinquième cycle (de pourparlers) en visant la date du 23 mars", a déclaré à la presse le diplomate onusien.

Les dernières discussions genevoises sur la Syrie avaient pris fin le 4 mars avec l'acceptation par les belligérants syriens d'un "agenda clair" incluant la gouvernance et la lutte contre le terrorisme.

Soutien américain

Les Etats-Unis, qui avaient été sous l'administration précédente du président Barack Obama une force motrice du processus diplomatique à Genève avant de laisser peu à peu la place à la Russie, ont assuré mercredi qu'ils soutenaient toujours la recherche d'une "solution politique".

"Nous allons continuer à observer le processus, mais nous l'appuyons et nous voulons une solution", a assuré l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley.

Le porte-parole du département d'Etat Mark Toner a souligné que Washington continuait de "vouloir et croire avec force qu'il n'existe qu'une solution politique et non militaire".

Parallèlement au processus de Genève, la Russie, alliée de Damas, et la Turquie, soutien des rebelles, parrainent des négociations à Astana, au Kazakhstan. Le département d'Etat a rappelé que les Etats-Unis n'avaient qu'un statut d'"observateur" pour ces pourparlers.

"Nous soutenons fermement les efforts de l'ONU pour sceller un processus politique. D'abord, évidemment un cessez-le-feu, puis un processus politique", a réaffirmé M. Toner, conformément à la ligne qu'a défendue pendant des années la diplomatie américaine sous le gouvernement Obama.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS