Toute l'actu en bref

Des scènes de violence auxquelles les autorités suisses veulent éviter que des hooligans helvètes ne participent (photo symbolique).

KEYSTONE/EPA APA/NEUMAYR/MMV

(sda-ats)

Une nouvelle structure pour lutter contre les violences en marge du sport en Suisse est entrée en vigueur le 1er mai. Les cantons ont confié à la police cantonale fribourgeoise la direction de cette plate-forme de coordination police-sport (PCPS).

Avec le prochain Euro de football le mois prochain en France, la nouvelle structure aura d'emblée l'occasion de prouver son bien-fondé. Une équipe spéciale chargée de surveiller les quelque 780 personnes actuellement interdites de stades en Suisse aura pour tâche de les empêcher d'assister aux matches de l'Euro 2016, a précisé au journal de la mi-journée de la RTS Roman van Eyck de fedpol.

Si l'on remarque assez tôt qu'une personne dangereuse veut assister à la compétition, on pourra prononcer une interdiction de quitter la Suisse, précise M. van Eyck. Ceux qui parviendraient néanmoins à suivre une rencontre et seraient identifiés risqueraient une amende, laquelle aura pour objectif de les dissuader de voyager une seconde fois, ajoute-t-il.

Et de préciser que les cantons disposent encore d'un moyen préventif. Ils pourront obliger les supporters fichés à se présenter au moins une fois par jour dans des postes de police régionaux afin de vérifier qu'ils n'ont pas quitté le territoire suisse.

Poursuivre l'interim

Cette structure succède à l'observatoire suisse du hooliganisme que dirigeait la police zurichoise et dont le mandat s'était terminé en 2015. Depuis, la police fribourgeoise assumait cette tâche par intérim. Les chefs des départements cantonaux de justice et police ont souhaité renouveler cette collaboration sous une autre forme.

La PCPS vise à lutter ensemble (politique, police, fedpol, partenaires sportifs) contre la violence en marge du sport, a expliqué la police fribourgeoise mardi. Elle évaluera l'actualité sportive en permanence, pour ensuite partager ses enseignements.

Un demi-million

L'objectif est de permettre aux manifestations sportives de se dérouler dans un cadre festif, mais aussi de réduire les coûts liés à la sécurité et les moyens en personnel. Les cantons, les villes et les clubs restent souverains pour les décisions, et continuent à assumer leurs propres responsabilités, précise le communiqué.

Cette plate-forme est dirigée par le capitaine Markus Jungo. Son siège est à Granges-Paccot (FR). Les coûts annuels s'élèvent à 525'000 francs, répartis entre les cantons. L'Association suisse de football (ASF), la Swiss Football League (SFL) et Swiss Ice Hockey participent aux frais.

sda-ats

 Toute l'actu en bref