Pakistan: au moins 13 morts dans une explosion à Lahore


 Toute l'actu en bref

La déflagration s'est produite en début de soirée près du siège de l'Assemblée provinciale.

KEYSTONE/EPA/RAHAT DAR

(sda-ats)

Un attentat perpétré lundi pendant une manifestation à Lahore, dans l'est du Pakistan, a fait au moins 13 morts et 83 blessés. L'attaque a été revendiquée par une faction des talibans pakistanais, le Jamaat-ur-Ahrar.

La déflagration s'est produite en début de soirée en marge d'une manifestation des secteurs chimique et pharmaceutique. Leurs représentants protestaient devant l'Assemblée provinciale du Pendjab contre une loi régulant le secteur médical.

"Le kamikaze s'est fait exploser alors que des négociations fructueuses étaient en cours entre des responsables de la police et les manifestants", a indiqué l'inspecteur général de la police du Pendjab, Mushtaq Sukhera. Le responsable a précisé que cinq policiers figurent au nombre des morts.

La police a bouclé la zone sur Mall Road, une des principales artères de la capitale du Pendjab, tandis que les témoins s'enfuyaient par peur d'une deuxième explosion. "C'était une attaque suicide", a ajouté M. Sukhera.

"Qu'un début"

"La police sur place m'a indiqué qu'il s'agissait d'un attentat-suicide, nous sommes en train d'enquêter", a indiqué pour sa part le ministre de la Justice de l'exécutif provincial, Rana Sanaullah.

La faction Jamaat-ul-Ahrar des talibans pakistanais a très rapidement revendiqué l'attentat, trois jours seulement après que le groupe a annoncé dans un message vidéo son intention de s'en prendre à des cibles gouvernementales dans tout le pays. Un porte-parole du groupe a averti dans un communiqué que l'attentat de lundi n'était "qu'un début".

Le même groupe s'était attribué la responsabilité d'un attentat à la bombe visant la communauté chrétienne de Lahore. L'attaque avait fait plus de 70 morts le jour de Pâques l'an dernier dans un parc public de la ville.

Sharif "déterminé"

Mais les attentats sont restés rares ces dernières années dans cette ville très animée. Cette nouvelle attaque fait donc voler en éclats un relatif sentiment de sécurité dans la capitale culturelle pakistanaise.

Dans un communiqué, le Premier ministre, Nawaz Sharif, a affirmé que ces attaques n'affaibliraient pas la détermination du Pakistan à combattre les groupes armés. "Nous continuerons de combattre jusqu'à ce que nous parvenions à libérer notre peuple de ce cancer et à venger ceux qui ont donné leur vie pour nous", promet-il.

Fans de cricket inquiets

Les fans de cricket ont aussitôt exprimé sur les réseaux sociaux leurs craintes que les explosions de lundi n'entraînent l'annulation de la finale de la Super League pakistanaise. Ce match très attendu doit se jouer à Lahore.

Cette compétition créée l'an passé se joue actuellement aux Emirats arabes unis en raison de craintes pour la sécurité. Mais les organisateurs espéraient que la finale pourrait se jouer à Lahore, où le cricket est roi.

ATS

 Toute l'actu en bref