Toute l'actu en bref

Pour AIG, l'heure est plutôt morose (archives).

KEYSTONE/AP/BEBETO MATTHEWS

(sda-ats)

L'assureur américain AIG est tombé dans le rouge au premier trimestre, accusant une perte nette de 183 millions de dollars (175 millions de francs). Il explique ce résultat par une lourde charge de restructuration et une hausse des catastrophes naturelles.

En comparaison, le groupe avait dégagé un bénéfice net de 2,5 milliards de dollars au premier trimestre 2015. AIG a signé en janvier un accord avec l'investisseur activiste Carl Icahn afin d'éviter une assemblée générale mouvementée.

AIG, qui est en train de donner son indépendance à l'activité d'assurance hypothécaire et céder celle de conseils, a inscrit une charge de 188 millions de dollars dans ses comptes trimestriels.

Hors éléments exceptionnels, l'assureur est bénéficiaire, mais a gagné moins d'argent que ne l'espéraient les analystes. Le bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, s'est établi à 65 cents, contre 1,22 dollar anticipé en moyenne.

L'action baisse

A Wall Street, l'action AIG décrochait de 3,16% à 54,80 dollars vers 22h40, dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance.

Le directeur général Peter Hancock, dont l'avenir à la tête de l'entreprise n'est pas assuré selon les analystes, a souligné lundi que la contre-performance était surtout due à la "volatilité" des marchés et à des effets de change défavorables.

M. Hancock a tenu à mettre en avant le fait que le groupe avait redistribué quelque 4 milliards de dollars aux actionnaires et diminué ses dépenses opérationnelles de 5%.

Il ne dit rien sur les demandes de M. Icahn, qui voudrait qu'AIG se scinde en trois entités indépendantes dont l'une se spécialiserait dans l'assurance des prêts immobiliers (assurance invalidité notamment), une autre dans l'assurance-vie et la dernière dans la couverture des dommages et des sinistres.

sda-ats

 Toute l'actu en bref