Pour Pékin, l'UE reste le "sens de l'histoire" malgré le Brexit


 Toute l'actu en bref

Le président chinois Xi Jinping (d) a défendu l'Union européenne lors de son entretien avec le Premier ministre français Bernard Cazeneuve.

KEYSTONE/AP POOL European Pressphoto Agency/ROMAN PILIPEY

(sda-ats)

Le président chinois Xi Jinping a défendu mercredi l'Union européenne, lors de son entretien à Pékin avec le Premier ministre français Bernard Cazeneuve. Il a jugé que la construction européenne restait "le sens de l'Histoire" malgré le Brexit.

Pékin, dont l'UE est le premier partenaire commercial devant les Etats-Unis, veut que le Vieux Continent reste un "pôle de stabilité" et s'inquiète du risque de délitement du projet européen face aux poussées nationalistes.

"Le président chinois a beaucoup insisté sur le besoin d'Europe dans le monde, sur le besoin d'une Europe solide", a rapporté une source diplomatique ayant assisté à l'entretien entre Xi Jinping et Bernard Cazeneuve, point d'orgue de la visite de trois jours du Premier ministre français en Chine.

"La construction européenne, c'est le sens de l'Histoire", a affirmé le numéro 1 du régime communiste, qui a dit sa "confiance" dans le fait que les 27 "confirmeront l'engagement" des fondateurs de l'Union, selon des propos rapportés de l'entretien.

Pôle de stabilité

M. Cazeneuve a pour sa part réaffirmé l'engagement pro-européen de Paris et notamment la volonté franco-allemande de "continuer à faire avancer l'Europe", selon cette source.

Pékin souhaite bénéficier de ce "pôle de stabilité" européen face aux incertitudes provoquées par l'élection du président américain Donald Trump et aux récents essais nucléaires nord-coréens, signe d'affranchissement de Pyongyang à l'encontre de la puissance tutélaire chinoise.

Le dialogue avec le régime de Kim Jong-Un est "plus difficile qu'avant", a reconnu Xi Jinping, toujours selon des propos rapportés. Pour accroître la pression, Pékin a récemment décidé de suspendre ses importations de charbon nord-coréen.

Dialogue en amont

M. Cazeneuve est arrivé en Chine mardi avec un message pour Pékin: pour contrer la vague protectionniste et "populiste" en Occident, incarnée par Marine Le Pen en France, la Chine doit "rééquilibrer" ses rapports commerciaux de façon équitable en abaissant ses barrières commerciales.

Alors que des prises de contrôle chinoises dans des actifs européens ont suscité ces dernières années des inquiétudes, le Premier ministre français a suggéré d'établir "un dialogue en amont" avec les pays concernés, afin d'éviter des "frictions" dans l'opinion publique européenne.

Comme lors de son entretien avec le Premier ministre Li Keqiang mardi au Palais du Peuple, le Premier ministre a évoqué la question des droits de l'homme, mais est resté au niveau des principes, en dehors d'un appel à lever le blocage du journal Le Monde en Chine.

Après son entretien, M. Cazeneuve est arrivé mercredi soir à Wuhan dans le centre-est de la Chine pour le dernier jour de sa visite.

ATS

 Toute l'actu en bref