Pouvoirs présidentiels: les députés turcs en viennent aux mains


 Toute l'actu en bref

Des coups de poings ont été distribués à la volée durant cette session nocturne.

KEYSTONE/AP

(sda-ats)

Le députés turcs en sont venus aux mains tôt jeudi lors du débat au parlement sur le projet de réforme constitutionnelle visant à étendre les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. Trois articles du textes ont toutefois pu être adoptés.

Des images étaient largement diffusées jeudi matin, montrant les députés des camps opposés se battre et se lancer des chaises au cours d'une session nocturne. Une vidéo montre notamment un député saisir par le cou un autre parlementaire et des coups de poings distribués à la volée.

Une photo montre par ailleurs les dégâts causés à la base du pupitre du Parlement. "Nous ne sommes pas dans un théâtre. Nous faisons un travail sérieux, nous travaillons au nom de la nation", s'est agacé le vice-président du Parlement, Ahmet Aydin, cité par le quotidien Hürriyet. "Ce pupitre est le pupitre de la nation. Que les députés retournent à leur place."

Trois articles adoptés

Durant cette session mouvementée, trois des 18 articles du projet de réforme ont été approuvés par le Parlement. Ils portent sur le passage de 25 à 18 ans de l'âge d'éligibilité pour les députés, la tenue des élections législatives tous les cinq ans -contre quatre actuellement -, et sur la redéfinition des pouvoirs du Parlement.

Deux articles avaient déjà été adoptés mardi, concernant le système judiciaire et le passage de 550 à 600 députés. Les députés du Parti républicain des Peuples (CHP, social-démocrate) n'ont pas pris part à ce vote, déjà boycotté par le Parti démocratique des Peuples (HDP, prokurde).

Le HDP avait pris cette décision pour protester contre l'arrestation d'une dizaine de ses députés, dont ses co-présidents, accusés de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Un projet qui divise

Le projet de présidentialisation du système politique turc divise profondément le Parlement, l'opposition dénonçant une dérive autoritaire de M. Erdogan. Ce à quoi le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) du chef de l'Etat rétorque qu'un système présidentiel est nécessaire pour assurer la stabilité au sommet de l'Etat.

Le vote en deux lectures du texte doit durer deux semaines, sans interruption. Il doit obtenir 330 voix pour pouvoir être soumis à référendum. L'AKP et la formation de droite nationaliste MHP, qui soutient le texte, disposent ensemble d'un total de 355 voix.

ATS

 Toute l'actu en bref