Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lenin Moreno, candidat d'Alliance Pays (AP, au pouvoir), a recueilli 39,13% des voix face à l'ex-banquier Guillermo Lasso, du mouvement conservateur Créant des opportunités (Creo), crédité de 28,31%.

KEYSTONE/AP/DOLORES OCHOA

(sda-ats)

Les résultats définitifs du premier tour de l'élection présidentielle en Equateur seront connus jeudi, a annoncé lundi le président du Conseil national électorale (CNE). Le socialiste Lenin Moreno est en ballotage face au conservateur Guillermo Lasso.

"Nous espérons que dans trois jours à partir d'aujourd'hui (lundi) le processus du binôme présidentiel soit totalement terminé", a déclaré Juan Pablo Pozo lors d'une conférence de presse, en référence à l'élection des futurs président et vice-président.

Il a appelé "les citoyens à attendre les résultats officiels dans une ambiance de paix, car il y a des marges étroites à affiner pour définir s'il y a second tour ou pas", précisant que "cela se joue vote par vote".

Moreno près de l'emporter

Lenin Moreno, candidat d'Alliance Pays (AP, au pouvoir), a recueilli 39,13% des voix face à l'ex-banquier Guillermo Lasso, du mouvement conservateur Créant des opportunités (Creo), crédité de 28,31%, selon des résultats portant sur 88,75% des bulletins dépouillés. Ceux-ci ont été publiés lundi peu avant 13H00 (19H00 heure suisse) sur le site du Conseil national électoral (CNE).

Pour l'emporter au premier tour, le candidat d'AP doit totaliser au moins 40% des voix, avec dix points d'avance sur le chef de l'opposition de droite.

"Anomalies de registres"

Il faudra "cinq à huit jours pour communiquer les résultats officiels de tous les élus", a ajouté M. Pozo.

Pour expliquer la lenteur des résultats, celui-ci a invoqué "des anomalies de registres" établis par certains bureaux de vote, quand "il manque la signature du secrétaire ou du président, ou qu'il y a une incohérence numérique" entre la totalité des électeurs enregistrés et ceux qui ont effectivement voté.

Quelque 12,8 millions d'Equatoriens devaient voter dimanche, sous peine d'amende, pour élire le successeur du chef de l'Etat sortant, Rafael Correa, ainsi que le vice-président, 137 députés et cinq représentants au Parlement andin.

Partisans de Lasso mobilisés

Des dizaines de partisans de M. Lasso étaient toujours lundi devant le CNE pour exiger des résultats transparents. Des militaires et policiers étaient postés devant le bâtiment, situé dans le nord de Quito, où se sont produites quelques frictions entre sympathisants du candidat de droite et forces de l'ordre.

Guillermo Lasso a promis, s'il est élu, d'expulser de l'ambassade d'Equateur à Londres le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Sur le plan intérieur, il promet de baisser les impôts et de rétablir la croissance à un niveau de 5% d'ici 2021, après une année 2016 de récession susceptible de se prolonger en 2017.

Lenin Moreno défend lui l'héritage de la gauche au pouvoir depuis une décennie et promet d'augmenter les dépenses sociales. Il modère toutefois la "révolution citoyenne" promise par le président sortant Rafael Correa, ternie par des scandales de corruption et mise en difficulté par la chute des prix du baril de pétrole.

ATS