Première extradition d'un membre de la cellule de Frauenfeld de la mafia calabraise


 Toute l'actu en bref

La police italienne a filmé en août 2014 des membres de la cellule de Frauenfeld lors d'une réunion dans un restaurant (archives).

Keystone/CARABINIERI DI REGGIO CALABRIA/

(sda-ats)

Pour la première fois, un membre présumé de la cellule de Frauenfeld de la mafia calabraise 'Ndrangheta a été extradé vers l'Italie. L'homme a été livré vendredi aux autorités italiennes à Chiasso (TI), a indiqué l'Office fédéral de la justice (OFJ).

L'homme avait fait recours contre la décision d'extradition. Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a rejeté la demande le 25 janvier, l'avocat ayant déposé le recours sans justification.

Le TPF a jugé que la demande visait une prolongation illicite du délai pour utiliser un moyen de droit. C'est pourquoi, lundi, l'OFJ a ordonné une nouvelle arrestation de l'homme en vue de son extradition, selon le communiqué de l'OFJ.

L'homme avait été arrêté et mis en détention en vue de son extradition en mars dernier, avec douze autres membres présumés d'une cellule de la mafia calabraise située à Frauenfeld, avant d'être libéré provisoirement. Pour l'OFJ, le risque de fuite et le danger de collusion étaient faibles. Ils devaient toutefois rester à disposition pour la procédure d'extradition.

L'ordre d'arrestation de l'OFJ a été réalisé suite à une requête des autorités italiennes. L'OFJ avait approuvé l'extradition des 13 membres présumés de la cellule de Frauenfeld. Ils ont tous fait recours.

Deux cas en Valais

Deux autres membres d'une cellule calabraise de la 'Ndrangheta avaient été arrêtés en Valais le 8 mars. Ils ont déjà été extradés vers l'Italie. Le tribunal de Regio Calabria les avaient condamnés à 9 et 6 ans de prison pour participation à une organisation criminelle. L'OFJ a autorisé leur extradition le 7 juin.

Un de ces deux ressortissants italiens a accepté son extradition le 13 juin et a été remis aux autorités italiennes le 21 juin. L'autre a retiré le 26 juillet son recours au Tribunal pénal fédéral contre la décision de l'OFJ. Il a été remis aux autorités italiennes début août.

ATS

 Toute l'actu en bref