Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Alejandro Toledo est accusé au Pérou d'être lié à un scandale de corruption (archives).

KEYSTONE/AP/KAREL NAVARRO

(sda-ats)

Les Etats-Unis ont informé les autorités de Lima qu'ils n'empêcheront pas l'ancien président péruvien Alejandro Toledo de quitter le territoire américain. Lima a émis un mandat d'arrêt international à l'encontre du politicien.

Alejandro Toledo est accusé au Pérou d'être lié à un scandale de corruption. Le conglomérat brésilien Odebrecht a reconnu avoir distribué des commissions illégales pour remporter un contrat alors qu'Alejandro Toledo était au pouvoir, entre 2001 et 2006.

L'enquête fait suite à la découverte d'un montant équivalant à 10,2 millions d'euros (10,9 millions de francs) viré sur le compte d'un collaborateur de l'ancien président et qui, pensent les procureurs, fait partie d'une somme totale de 18,5 millions d'euros qu'Odebrecht dit avoir versée pour faciliter l'obtention d'un contrat d'infrastructure sous le mandat d'Alejandro Toledo.

Selon une source gouvernementale péruvienne, qui s'exprimait sous le sceau de l'anonymat, a dit ne pas savoir pourquoi les Etats-Unis ne souhaitent pas arrêter l'ancien chef d'Etat qui doit s'envoler ce dimanche pour Israël, pays dont son épouse détient la nationalité.

Selon la justice péruvienne, Interpol a diffusé une notice rouge à son encontre, mais son nom n'apparaissait pas dimanche matin sur la liste des personnes recherchées.

ATS