Des pertes désormais supérieures à 14 millions d'euros: la grève historique à l'Opéra de Paris menace de se prolonger, faute de compromis entre ses artistes et machinistes attachés à leur régime spécial de retraite, et l'Etat déterminé à le supprimer.

En un mois et demi de grève, 67 spectacles ont été annulés, dont trois représentations du "Barbier de Séville" ces derniers jours. Un nouveau préavis compromet celle de lundi. A l'Opéra de Paris, seule institution culturelle avec la Comédie-Française à bénéficier d'un régime spécial, danseurs de ballet, musiciens, choeur et machinistes restent mobilisés.

Samedi, 200 personnes de tous les corps de métiers de l'Opéra mais aussi de la "Maison de Molière" organisent un concert devant le Palais Garnier. En décembre, les images d'un "mini" Lac des Cygnes sur le parvis avaient fait le tour du monde.

Les plus de 14 millions d'euros perdus en billetterie sont l'équivalent de la contribution annuelle de l'Etat à la Caisse de retraite de l'Opéra. Et à peine moins que les 18 millions versés annuellement par les mécènes de l'institution tricentenaire.

Le directeur général Stéphane Lissner a rassemblé vendredi l'ensemble du personnel pour évoquer les conséquences économiques qui l'ont obligé à "demander des économies drastiques à l'ensemble de ses services", selon l'Opéra.

M. Lissner a dit comprendre les craintes des grévistes. Il a proposé aux syndicats un "calendrier de travail" pour trouver des solutions tenant en compte les spécificités des métiers de l'Opéra.

Pour les danseurs, la réforme ne s'appliquera que sur ceux embauchés à partir de 2022. A la retraite à 42 ans, ils arguent que la pension leur est nécessaire pour rebondir après une carrière émaillée de sacrifices et de blessures dans l'une des plus prestigieuses compagnies au monde.

Appel du ministre de la culture

"Nous voulons avancer (...) en tenant compte de ces spécificités", affirme à l'AFP le ministre de la Culture Franck Riester. "L'excellence de l'Opéra de Paris est un élément qu'il faut absolument garantir".

S'il entend "continuer les échanges pour accompagner les danseurs notamment vers une reconversion", il affirme qu'il est "maintenant important d'arrêter la grève en raison des répercussions financières". "Et il y a surtout le public, il faut qu'on ne le perde pas!", dit-il.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.