Toute l'actu en bref

Encore raté pour Serena Williams. En quête d'un historique 22e titre en Grand Chelem, l'Américaine a été battue en finale de Roland-Garros, dominée 7-5 6-4 par l'Espagnole Garbiñe Muguruza.

C'est la troisième fois que Serena Williams échoue à égaler Steffi Graf, la joueuse la plus titrée en Grand Chelem dans l'ère Open (dès 1968). Ce fameux 22e trophée, la no 1 mondiale l'avait laissé filer en septembre en demi-finale de l'US Open contre Roberta Vinci, puis en janvier dernier en finale de l'Open d'Australie face à Angelique Kerber.

Mais si ces deux défaites étaient totalement inattendues, on ne peut pas en dire autant de celle concédée samedi face à Garbiñe Muguruza. A 22 ans, l'Espagnole établie depuis peu à Genève est déjà une valeur sûre. Et au vu des matches des derniers jours, c'est bien la no 4 mondiale qui avait laissé la meilleure impression sur la terre battue parisienne.

Du coup, le titre de Garbiñe Muguruza n'a rien d'une grosse surprise. Depuis un exploit fondateur, un succès au 2e tour à Roland-Garros en 2014 face à... Serena Williams, la native du Venezuela a rapidement gravi les échelons. Elle avait par exemple disputé une première finale en Grand Chelem l'été dernier à Wimbledon, où elle avait subi la loi de cette même Serena Williams.

Et même si elle a connu un coup d'arrêt durant les premiers mois de 2016, Garbiñe Muguruza avait prouvé avec une demi-finale à Rome, deux semaines avant Roland-Garros, qu'elle était de retour aux affaires, bien décidée à reprendre sa marche en avant. Une tendance qu'elle a confirmée tout au long de la dernière quinzaine, finale comprise.

Malgré une grosse tension, en témoignent ses sept doubles fautes, Garbiñe Muguruza a remporté cette guerre des nerfs face à une Serena Williams encore davantage crispée, comme inhibée à l'idée d'égaler enfin le record de Steffi Graf.

Plus forte mentalement, malgré un énorme handicap au niveau de l'expérience, la Genevoise d'adoption s'est aussi montrée supérieure à l'échange. La longiligne Espagnole (1m82) a été plus percutante tant en revers qu'en coup droit, faisant très mal à son adversaire. C'est toutefois sur un coup de défense, un lob, qu'elle est allée chercher le titre sur sa cinquième balle de match.

Ce premier titre majeur en appelle d'autres au vu du jeune âge et du talent de Garbiñe Muguruza. Quant à Serena Williams, elle doit désormais s'en remettre à Wimbledon pour rafler ce 22e sacre en Grand Chelem, qui s'annonce comme le plus difficile à conquérir durant sa longue et riche carrière.

sda-ats

 Toute l'actu en bref