Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La direction de Schmolz+Bickenbach estime que les mesures de réduction des coûts commencent à porter leurs fruits (archives).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

Schmolz+Bickenbach est resté dans les chiffres rouges l'an dernier. Le groupe sidérurgique germano-lucernois a toutefois réduit sa perte nette de moitié, à 80 millions d'euros (85 millions de francs).

En 2015, sa perte nette avait atteint 166,8 millions d'euros. Les mesures de réduction des coûts et d'amélioration commencent à porter leurs fruits, a indiqué la société jeudi dans un communiqué.

Le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) s'est inscrit en zone négative à 18,5 millions d'euros, contre un bénéfice de 34,9 millions une année auparavant. Le chiffre d'affaires s'est contracté de 13,6% pour tomber à 2,31 milliards d'euros.

Les résultats de Schmolz+Bickenbach sont en dessous des prévisions des analystes, qui tablaient sur un chiffre d'affaires de 2,35 milliards d'euros et une perte de 29,9 millions.

Pour l'année en cours, la direction de l'entreprise est optimiste grâce à un solide carnet de commandes. Elle table sur des ventes semblables à l'année dernière et à un résultat EBITDA ajusté amélioré compris entre 160 et 200 millions d'euros.

Schmolz+Bickenbach a par ailleurs annoncé qu'il allait investir 49 millions de francs dans sa filiale Swiss Steel à Emmenbrücke (LU) dans un nouveau four à longerons mobiles.

ATS