Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En 2015, 9% des logements vaudois peuvent être qualifiés de suroccupés. Cela concerne souvent des logements de trois pièces habités par des familles (Image symbolique).

KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF

(sda-ats)

Un ménage vaudois sur dix est à l'étroit: en 2015, 9% des logements disposent de moins de pièces que d'habitants. Il s'agit souvent de trois pièces habités par des familles. A l'opposé, 41% des appartements comptent au moins deux pièces de plus que d'habitants.

La suroccupation concerne d'abord les familles et la sous-occupation les personnes seules ou les couples, écrit Statistique Vaud mardi dans un communiqué. Dans un contexte de pénurie et de loyers élevés, la population vaudoise ne dispose ainsi pas toujours d'un logement en adéquation avec la taille du ménage.

Trois pièces

Sur les 338'000 logements recensés dans le canton, 31'430 comptent moins de pièces que d'occupants. Ces 9% de logements accueillent 17% de la population. Plus le ménage compte de personnes, plus il risque de se trouver dans cette situation.

Ainsi, si 9% des ménages de trois personnes sont à l'étroit, cette proportion s'élève à 24% avec quatre personnes. Elle grimpe jusqu'à 51% pour les ménages de plus grande taille. De par leur nombre, les trois pièces représentent 40% des logements suroccupés.

Trop grands pour les seniors

La sous-occupation concerne 136'640 logements (41% du total des logements) qui abritent 32% de la population. La moitié des ménages d'une ou deux personnes vivent une telle situation et cette proportion atteint même les deux tiers pour les ménages de "seniors" de 65 ans et plus.

Les ménages qui estiment occuper un appartement trop grand et qui souhaiteraient en changer sont souvent bloqués par la question du loyer. Le prix de location des objets disponibles est en effet bien supérieur à ceux des logements occupés depuis longtemps.

Davantage dans les villes

En milieu urbain, la sous-occupation est sensiblement moins importante (39%) qu'en milieu rural (48%). S'agissant du taux de suroccupation, la différence n'est pas flagrante entre espaces urbain (9%) et rural (8%), mais apparaît plus marquée si l'on ne considère que les 16 communes vaudoises ayant le statut de ville (11%).

Un logement est dit suroccupé lorsqu'il y a moins de pièces que d'habitants, selon la définition statistique. Il est sous-occupé s'il compte au moins deux pièces de plus que d'occupants.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS