Toute l'actu en bref

Portugal, Belgique, et dans une moindre mesure Autriche: trois favoris sont au pied du mur aujourd'hui à l'Euro 2016.

Les hommes de Marc Wilmots se mesurent à l'Eire pour se rattraper de leur défaite initiale (groupe E) tandis que Portugais et Autrichiens s'affrontent à Paris dans le groupe F, où les Petits poucets islandais et hongrois seront aussi aux prises à Marseille.

L'opération rachat est lancée chez les Diables Rouges. Piteusement défaits par l'Italie (2-0) lundi, les Belges et leur galaxie de stars sont sous le feu de la critique. Principale cible, le milieu offensif Kevin de Bruyne, transparent contre l'Italie, devrait être replacé au centre en tant que meneur de jeu à la place du très critiqué Marouane Fellaini. A condition bien sûr que le joueur de City, victime de tensions aux ischio-jambiers, soit parfaitement remis.

Autre changement possible, le remplacement de l'attaquant Romelu Lukaku, passé au travers de son match lundi, par le Marseillais Michy Batshuayi ou bien Christian Benteke (Liverpool). En face, l'Eire n'a pas trop mal démarré son Euro en obtenant un match nul contre la Suède (1-1). L'attaquant Robbie Keane, remplaçant face aux partenaires de Zlatan, pourrait cette fois-ci débuter la rencontre.

Considérées comme les deux nations les plus faibles de cet Euro, l'Islande et surtout la Hongrie ont déjoué tous les pronostics lors de la journée précédente. La petite Islande a tenu tête au Portugal de Cristiano Ronaldo (1-1) alors que la Hongrie s'est imposée à la surprise générale face à l'Autriche (2-0).

Résultat, la Hongrie en qui personne ne croyait, pourrait se qualifier directement en cas de victoire samedi. Mais gare à l'Islande, qui a démontré des valeurs et une organisation bien huilée lors de son entrée dans le tournoi, n'en déplaise à Ronaldo qui a accusé les Islandais d'avoir une "petite mentalité".

Pour eux, c'est déjà marche ou crève! La qualification pour les 8e de l'Autriche et du Portugal aurait dû s'apparenter à une promenade de santé, mais ces deux sélections se retrouvent dos au mur. En cas de défaite, l'élimination se rapprocherait dangereusement. Le Portugal, dominateur mais inefficace face à l'Islande, comptera encore une fois sur sa star Ronaldo. Auteur de dix tirs mardi mais muet face au gardien, le Madrilène devra cette fois-ci régler la mire s'il veut entrer dans l'histoire et devenir le premier joueur à marquer dans quatre Euros différents.

Dans les rangs de l'Autriche, la star s'appelle David Alaba. Placé au coeur du jeu avec son pays, il a réalisé un bon match face à la Hongrie, mais ses partenaires devront élever leur niveau de jeu pour espérer inquiéter la sélection de Fernando Santos.

sda-ats

 Toute l'actu en bref