Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cinq enquêtes sont en cours pour déterminer si la Russie a tenté d'influencer l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

KEYSTONE/EPA/ERIK S. LESSER

(sda-ats)

La Maison-Blanche a cherché mardi à tempérer de nouvelles allégations sur une rencontre du président américain Donald Trump avec l'ambassadeur de Russie à Washington durant la campagne électorale. Elle a toutefois précisé qu'ils ont pu brièvement se serrer la main.

Plusieurs médias américains avancent que le 45e président des Etats-Unis aurait rencontré Sergueï Kisliak le 27 avril à l'hôtel Mayflower de Washington. La Maison-Blanche a cependant assuré n'avoir aucun souvenir de, qui le milliardaire aurait pu saluer, ou à qui il aurait pu serrer la main durant cette brève réception.

Le magnat de l'immobilier était dans cet hôtel pour y donner un discours sur son programme de politique étrangère. "M. Trump est resté environ cinq minutes à la réception avant d'aller directement au podium", a indiqué Sarah Sanders, porte-parole de la Maison-Blanche.

Les ambassadeurs à Washington contactent régulièrement les équipes de campagne des prétendants démocrates et républicains pour essayer d'informer au mieux leurs capitales.

Enquêtes en cours

Mais après une campagne où, selon les agences américaines du renseignement, Moscou a cherché à discréditer la démocrate Hillary Clinton, au profit de Donald Trump, les contacts à l'époque entre les responsables américains et M. Kisliak sont regardés de très près.

L'ambassadeur russe a été en contact l'an passé avec Michael Flynn - l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump -, notamment par téléphone le 29 décembre lorsque le président américain d'alors, Barack Obama, avait pris des sanctions contre Moscou et expulsé 35 diplomates russes à la suite de l'ingérence de la Russie dans la campagne.

Devenu conseiller à la sécurité nationale le 20 janvier, Michael Flynn a dû démissionner le 13 février pour avoir omis de préciser le contenu de ses conversations avec l'ambassadeur.

Le ministre de la Justice Jeff Sessions a reconnu, lui aussi, avoir rencontré l'ambassadeur russe à deux reprises en 2016, mais il n'avait pas mentionné ces rencontres lors de son audition de confirmation au congrès. Plusieurs médias américains avancent que d'autres proches de M. Trump, y compris son gendre et proche conseiller Jared Kushner, auraient rencontré Sergueï Kisliak à la Trump Tower à New York en décembre.

Une enquête de la police fédérale (FBI) est en cours sur ce dossier et quatre commissions du congrès ont aussi ouvert des enquêtes.

ATS