Un colis piégé envoyé de Grèce au ministère allemand des Finances


 Toute l'actu en bref

Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble est impopulaire en Grèce, pour ses prises de position perçues comme radicales en faveur de l'austérité (archives).

KEYSTONE/AP/MARKUS SCHREIBER

(sda-ats)

Un colis contenant des explosifs a été envoyé depuis la Grèce par poste au ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble. Un groupuscule anarchiste hellénique a revendiqué l'envoi, a annoncé mercredi la police grecque.

Le groupe, connu sous le nom de Conspiration des cellules de feu, s'était déjà attribué la responsabilité de l'envoi d'une série de lettres piégées en 2010 à des ambassades étrangères à Athènes.

Dans son communiqué de revendication, il évoque le deuxième acte d'un "plan Némésis" (la déesse de la vengeance dans la mythologie grecque, ndlr) et affirme que "rien n'est terminé, tout continue".

Implication "fort probable"

Le colis piégé a été posté à Athènes, et la police grecque examine les enregistrements de caméras de vidéo-surveillance. Elle examine l'authenticité de cette revendication, mise en ligne sur le site alternatif Indymédia, mais juge a priori "fort probable" l'implication de ce groupe, a indiqué à l'AFP une source policière.

Selon les policiers allemands, qui ont informé leurs homologues grecs, l'envoi a été intercepté mercredi au service du courrier du ministère allemand des Finances, dans le centre de Berlin. La police berlinoise avait fait évacuer le bureau de poste du ministère à la découverte de ce paquet jugé suspect. Il a été transporté jusqu'à un site sécurisé de la police où son contenu a été attesté.

Le colis contenait un "mélange explosif" fréquemment utilisé dans la pyrotechnie. On ignore dans l'immédiat si le dispositif, un livre dans lequel se trouvaient des explosifs reliés par des câbles, était en mesure d'exploser. Il aurait pu causer des blessures "considérables", selon la police.

Figure impopulaire

Wolfgang Schäuble est une figure très impopulaire en Grèce, où il incarne les plans d'austérité imposés à Athènes par ses créanciers.

Depuis le début de la crise économique et financière, en 2009, la police estime que le groupuscule s'est rendu coupable de 150 incendies criminels, explosions ou envois de colis piégés. En 2011, six de ses membres ont été condamnés à des peines allant de onze à 37 ans de réclusion criminelle.

La police grecque a précisé que le nom de l'expéditeur porté sur le colis piégé était celui d'Adonis Georgiadis, vice-président du principal parti d'opposition de droite, Nouvelle-Démocratie (ND).

Issu de l'extrême droite et chef de file de l'aile populiste de la ND, celui-ci a confirmé dans un tweet. "Ce n'est pas vrai et pas drôle du tout. Je suis continuellement pris pour cible par des terroristes", a-t-il déclaré.

M. Georgiadis est propriétaire d'une librairie régulièrement ciblée par des attaques imputées à la mouvance anarcho-autonome.

Série de paquets piégés

La police grecque enquête sur d'éventuels liens avec des actes similaires commis par la mouvance extrémiste grecque, selon la même source policière. Les autorités examinent également comment le paquet a pu quitter le pays en contenant des explosifs.

Selon les autorités allemandes, cette action s'inscrivait dans une série d'envois de paquets piégés découverts quasi-simultanément à Berlin, Bologne (Italie) ainsi que dans des ambassades à Athènes et à son aéroport.

ATS

 Toute l'actu en bref