Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Hôpital du Valais met la priorité sur la qualité des soins. Le rapport qualité présenté lundi montre que les patients sont globalement satisfaits, mais le conseil d'administration veut améliorer encore la relation avec le patient qui doit devenir un acteur de sa guérison.

ats

(sda-ats)

L'Hôpital du Valais veut instaurer une véritable culture de la qualité. Le conseil d'administration en a fait une priorité pour les années futures.

"Les questions de qualité doivent être présentes dans toutes les discussions", a déclaré lundi le président du conseil d'administration Dominique Arlettaz lors de la présentation du "rapport qualité 2015". Et dans cette démarche, l'important est de faire du patient un acteur de sa guérison.

Les résultats des questionnaires concernant la satisfaction des patients ne montrent que peu de changements entre 2011 et 2015. Le niveau de satisfaction est élevé, mais tout de même moindre qu'en moyenne suisse.

Le rapport constate une forte augmentation du nombre de demandes d'explication au centre d'écoute créé en 2012. Selon le coordinateur médical pour la qualité des soins Pierre Turini, la hausse n'est pas due à une recrudescence de doléances mais d'une amélioration de la visibilité du centre d'écoute.

Depuis septembre 2016, l'hôpital distribue systématiquement à tous ses patients une brochure sur la sécurité des soins. Il s'agit d'une sorte de mode d'emploi qui explique les diverses procédures et incite le patient à être actif, à poser des questions.

Incidents source d'amélioration

Le rapport 2015 s'est aussi concentré sur la gestion des incidents. En 2015, il y a eu une explosion du nombre d'incidents déclarés. "Mais il ne faut pas s'en inquiéter", a précisé M. Turini. L'an dernier, l'hôpital a mis en place un nouvel outil de gestion des incidents et a sensibilisé ses collaborateurs à cette pratique. Ce sont les déclarations qui ont augmenté, pas le nombre d'incidents.

La majorité de ces derniers sont de faible gravité. Mais leur annonce aboutit à des résultats concrets. Près de 2800 mesures d'amélioration ont été prises immédiatement et 535 autres, plus élaborées, dans les deux semaines suivant l'incident.

Au total, il y a eu plus de mesures prises que les 2650 incidents analysés dans le rapport, a précisé M. Turini. Souvent, plusieurs mesures sont appliquées après un incident.

L'Hôpital du Valais s'est engagé dans une démarche de qualité et toutes les conditions sont réunies en 2017 pour s'améliorer et gagner la confiance des patients, estime M. Turini. Le défi est d'assurer la pérennité de la gouvernance et de maintenir l'attractivité de l'hôpital, pour les patients, les médecins et les collaborateurs.

ATS