Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'eurodéputé d'extrême-droite Janusz Korwin-Mikke est coutumier des dérapages racistes ou sexistes (archives).

KEYSTONE/AP/ALIK KEPLICZ

(sda-ats)

Le Parlement européen a décidé de sanctionné l'eurodéputé polonais Janusz Korwin-Mikke pour avoir notamment affirmé que les femmes sont "moins intelligentes" que les hommes. L'élu d'extrême-droite va être privé de 9210 euros d'indemnité et suspendu pendant dix jours.

"En insultant toutes les femmes", M. Korwin-Mikke "a foulé aux pieds nos valeurs fondamentales", s'est indigné mardi le président du Parlement européen, Antonio Tajani. Il se verra donc infliger des "sanctions sans précédent".

L'eurodéputé "va perdre 30 jours d'indemnité journalière (à 307 euros par jour, ndlr), il sera suspendu de toutes les activités du Parlement pendant dix jours et ne pourra pas représenter le Parlement pendant un an", a détaillé M. Tajani.

Vague d'indignation

"La sévérité des sanctions est proportionnée à la gravité des propos qui ont été proférés. Attaquant l'égalité des sexes au cours d'un débat concernant les femmes en séance plénière, qui plus est présidée par une femme, ce sont toutes les femmes qui ont été offensées", a encore commenté le président du Parlement.

Le député polonais de 74 ans, coutumier des dérapages racistes, s'était signalé le 1er mars en qualifiant les femmes d'inférieures aux hommes. "Bien entendu, les femmes doivent gagner moins que les hommes, parce qu'elle sont plus faibles, elle sont plus petites et elles sont moins intelligentes", avait-il lancé en séance plénière.

Ces propos ont suscité une vague d'indignation, notamment dans son pays d'origine, où 700'000 personnes ont signé une pétition pour réclamer des sanctions contre lui.

Dérapages à répétition

L'élu polonais d'extrême droite avait déjà été sanctionné en juillet 2016 par le Parlement européen pour avoir déclaré que l'arrivée massive de migrants en Europe était comparable à un "déversement d'excréments". Il avait alors été privé de dix jours d'indemnités de présence au Parlement et suspendu de toute activité parlementaire pendant cinq jours.

Quelques mois plus tôt, il avait déjà été épinglé pour avoir fait un salut hitlérien dans l'hémicycle, ou pour avoir comparé les jeunes chômeurs à des "nègres".

ATS