Toute l'actu en bref

Volkswagen doit faire face à un nouveau front syndical dans son usine de Chattanooga, dans le sud des Etats-Unis. Le constructeur automobile allemand est déjà en difficulté dans le pays en raison du scandale des moteurs diesel truqués.

Le constructeur allemand s'apprête à faire appel d'une décision autorisant quelque 160 ouvriers de cette usine située dans le Tennessee à se syndiquer. "Nous n'avons pas encore fait appel mais avons annoncé la décision de le faire", a précisé lundi un porte-parole du groupe, Scott Neal Wilson.

Au début du mois, le Conseil fédéral des relations sociales (NLRB) avait autorisé le syndicat automobile UAW (United Automobile Workers) à négocier une convention collective pour ces ouvriers qualifiés. Ceux-ci avaient voté en décembre pour se constituer en section syndicale, une première dans une usine automobile du sud des Etats-Unis gérée par un constructeur étranger.

L'usine de Chattanooga emploie environ 2500 personnes, dont 1'600 à plein temps. Elle doit notamment servir de site de production pour le modèle SUV (4x4 de ville) que doit prochainement lancer VW aux Etats-Unis.

Jusqu'à présent, le constructeur a refusé d'ouvrir des négociations. Il estime que toute convention doit concerner l'ensemble des ouvriers de l'usine et non seulement une partie d'entre eux.

"Nous rejetons l'argument du groupe selon lequel reconnaître et négocier seulement avec les ouvriers qualifiés diviserait les salariés à Chattanooga. Le fait de distinguer certains employés par rapport à d'autres est fréquent aux Etats-Unis et en plus cela se fait dans plusieurs autres usines VW dans le monde, y compris dans des pays comme l'Italie, la Russie et l'Espagne", a affirmé Gary Casteel, représentant de l'UAW pour l'usine de Chattanooga.

Il a ajouté qu'il estimait "inacceptable" que cette usine soit par ailleurs la seule à ne pas être représentée au sein du Comité d'entreprise global du groupe.

La position de Volkswagen est rendue d'autant plus difficile que le constructeur s'était engagé auprès d'élus républicains locaux, et afin de recevoir des subventions, à ce que l'usine ne soit pas syndicalisée.

sda-ats

 Toute l'actu en bref