Un tribunal pakistanais interdit de célébrer la Saint-Valentin


 Toute l'actu en bref

La Saint-Valentin est de plus en plus populaire chez les jeunes Pakistanais.

KEYSTONE/AP/B.K. BANGASH

(sda-ats)

Un tribunal pakistanais a interdit lundi les festivités en public dans la capitale Islamabad à l'occasion de la Saint-Valentin. Dans ce pays musulman conservateur, la "fête des amoureux" est considérée comme vulgaire par beaucoup.

La Haute cour d'Islamabad avait été saisie par un requérant selon qui "sous couvert de fêter l'amour, c'est en fait l'immoralité, la nudité et l'indécence qui sont promues, ce va contre nos riches traditions et valeurs". Sa décision a été saluée par les partis islamistes.

La cour enjoint la presse, les chaînes de télévision et tous les médias de cesser de faire la promotion de la fête des amoureux, dans un pays où la vaste majorité des mariage sont arrangés. Cela n'a pas empêché des restaurants de la capitale de continuer à envoyer des SMS pour promouvoir leurs offres de la Saint-Valentin, y compris après la publication de l'interdiction.

Populaire chez les jeunes

Mais les festivités étaient beaucoup plus discrètes dans des villes plus conservatrices comme Peshawar, capitale de la province du Khyber Pakhtunkhwa. Seule une poignée d'échoppes y proposaient des marchandises à thème.

La Saint-Valentin, de plus en plus populaire chez les jeunes, reste mal vue par de nombreux Pakistanais. Ils la considèrent comme une fête de mauvais goût, propre à la culture occidentale.

L'an passé, le président pakistanais Mamnoon Hussain avait appelé la jeunesse de son pays à ne pas célébrer la Saint-Valentin, estimant qu'elle n'a pas de lien avec la culture du Pakistan. L'exécutif provincial du Khyber Pakhtunkhwa avait voté une résolution interdisant la fête des amoureux, "inutile et obscène".

ATS

 Toute l'actu en bref