Toute l'actu en bref

Le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann s'est exprimé à la tribune de l'ONU quelques heures après son homologue américain Barack Obama.

KEYSTONE/AP/RICHARD DREW

(sda-ats)

Johann Schneider-Ammann a souligné mardi à New York le rôle important que l'économie peut jouer pour la stabilité et la sécurité dans le monde. Une attention particulière doit être accordée à la jeunesse, a-t-il estimé devant l'assemblée générale de l'ONU.

Les jeunes doivent avoir accès à la formation et il faut leur ouvrir des voies vers le marché du travail, a déclaré le président de la Confédération. Il s'est dit convaincu qu'une économie saine peut aider à atteindre les objectifs fixés par l'ONU.

"Une économie florissante facilite l'accès des jeunes, des femmes et des travailleurs âgés au marché de l'emploi (...) Une économie dynamique qui assure des emplois et des perspectives est un facteur important dans la prévention contre les dérives terroristes et les conflits armés", a-t-il ajouté.

Le chef du Département fédéral de l'économie (DEFR) a souligné les défis "de taille" auxquels la communauté internationale est confrontée.

"La situation au Moyen-Orient, dans certaines régions d'Afrique ainsi qu'aux portes de l'Europe en est un tragique exemple. La fragilisation des Etats, des économies et des sociétés suscite des foyers de radicalisation pouvant mener au terrorisme, aux conflits armés et leur corollaire de victimes, réfugiés et déplacés internes. Les conséquences nous touchent tous", a-t-il énuméré.

Besoin d'une "ONU forte"

Dans ce contexte, "une ONU forte est plus nécessaire que jamais", a-t-il dit. Ces vingt dernières années, l'organisation a contribué à diminuer de moitié la pauvreté dans le monde et à augmenter l'espérance de vie moyenne. Grâce à ses impulsions, le niveau d'éducation de la population mondiale s'est amélioré. Et l'implication du secteur privé et de la société civile dans la gouvernance globale s'accroît constamment.

Le président de la Confédération a également salué "un autre signal d'espoir": le récent accord de paix en Colombie. "La Suisse, dépositaire de l'accord, félicite toutes les parties impliquées pour cette avancée capitale sur le chemin d'une paix durable", a-t-il dit.

M. Schneider-Ammann a salué l'Agenda 2030 de développement durable. Ce texte constituera le cadre de référence commun pour l'élaboration de solutions durables. Il est la base d'un "contrat social renouvelé entre dirigeants et populations", a-t-il dit.

Plaidoyer pour Genève

Le président de la Confédération a en outre salué le dixième anniversaire du Conseil des droits de l'homme. L'institution genevoise "contribue substantiellement à la promotion et à la défense des droits de l'homme", a-t-il dit.

Et le libéral-radical de rappeler l'engagement de la Confédération pour "valoriser" la cité de Calvin, "ce centre de gouvernance mondiale", et pour renforcer "les synergies entre les divers acteurs de la Genève internationale, que ce soit dans le domaine de la santé globale ou celui de l'action humanitaire".

"Ce lieu est utile au monde et nous continuerons à nous engager pour que son rôle soit renforcé", a-t-il lancé.

Prévention des conflits

Plus tôt, son collègue Didier Burkhalter avait présenté aux médias le coeur de son message à New York: "la paix et la sécurité à travers la prévention". C'est un engagement "très suisse. Cela fait partie de notre conception de ce que nous pouvons faire dans le cadre de l'ONU", a-t-il expliqué.

La Confédération s'engage surtout pour la mise en oeuvre de projets concrets qu'elle a lancés ou auxquels elle travaille depuis longtemps avec d'autres Etats, a-t-il ajouté.

Ces projets visent notamment à lutter contre l'extrémisme violent et le terrorisme. Si l'on veut donner aux jeunes d'autres perspectives que la voie de la violence et de l'extrémisme, il est aussi important de faire participer les femmes à ces projets, a-t-il ajouté.

sda-ats

 Toute l'actu en bref