Une extrémiste de gauche arrêtée à Athènes après 4 ans de cavale


 Toute l'actu en bref

Paula Roupa lors de son arrestation jeudi à Athènes.

KEYSTONE/AP/YORGOS KARAHALIS

(sda-ats)

La police grecque a annoncé jeudi avoir arrêté près d'Athènes l'ancienne dirigeante de Lutte révolutionnaire (EA), une organisation d'extrême gauche démantelée ayant revendiqué plusieurs attentats en Grèce. La fugitive a été interpellée après quatre ans de cavale.

Paula Roupa dirigeait l'organisation EA avec son compagnon Nikos Maziotis, actuellement emprisonné. Elle "a été arrêtée à 06h10 dans un appartement à Ilioupolis (mairie près d'Athènes)", a indiqué le communiqué de presse de la police.

La militante avait été arrêtée en 2010 avec Nikos Maziotis mais tous deux avaient disparu en juin 2012 après avoir été placés en liberté conditionnelle. Ils avaient été condamnés par contumace en 2013 à plus de 25 ans de prison chacun, pour leur rôle dans le groupe.

En 2014, Nikos Maziotis avait été arrêté à Athènes. En mars dernier, Paula Roupa avait tenté de le faire sortir de prison en utilisant un hélicoptère.

L'organisation EA est apparue en 2003 et s'est surtout fait connaître par un attentat contre l'ambassade des Etats-Unis à Athènes en 2007qui n'avait fait que des dégâts matériels. A l'époque le groupe figurait sur les listes des "organisations terroristes" des Etats-Unis et de l'Union européenne.

Tentatives d'assassinat

Le groupe a également revendiqué un attentat à la bombe contre la Bourse d'Athènes en 2009. Il a aussi tenté d'assassiner des policiers et un ancien ministre de l'Ordre public.

Le dernier attentat remonte à 2014, année de l'arrestation de Nikos Maziotis, avec l'explosion d'une voiture piégée devant la Banque de Grèce à Athènes qui n'avait pas fait de victime. Dans sa revendication, l'EA dénonçait les politiques d'austérité "imposées" en Grèce par l'UE et le FMI.

ATS

 Toute l'actu en bref