Toute l'actu en bref

Les talibans afghans ont nommé mercredi le mollah Haibatullah Akhundzada, un religieux discret mais respecté, pour succéder au mollah Mansour. Ce dernier a été tué le 21 mai par une frappe américaine (image symbolique).

KEYSTONE/AP/ALLAUDDIN KHAN

(sda-ats)

La famille du chauffeur tué avec le chef des talibans afghans par un tir de drone dans le sud-ouest du Pakistan a déposé une plainte contre les Etats-Unis, a indiqué dimanche la police locale. Elle accuse des responsables américains de meurtre et terrorisme.

Le mollah Akhtar Mansour, chef des talibans afghans, a été tué le 21 mai dernier par une frappe de drone dans la province pakistanaise du Baloutchistan. L'opération avait été décrite comme un coup dur pour les rebelles islamistes qui mènent depuis 2001 une insurrection contre les forces étrangères et nationales en Afghanistan.

Des responsables américains ont qualifié "d'autre combattant masculin" le chauffeur du véhicule dans lequel circulait le mollah Mansour lorsqu'il a été pris pour cible. Mais selon des sources sécuritaires pakistanaises, il s'agit de Mohammad Azam, qui travaillait pour la compagnie de location Al Habib, établie près de Quetta, la capitale du Baloutchistan.

"Des responsables américains dont je ne connais pas le nom ont endossé la responsabilité de cette frappe dans les médias. Je demande donc que justice soit faite et que des mesures judiciaires soient prises contre ceux qui sont responsables de sa mort", a écrit le frère du chauffeur, Mohammad Qasim, dans une plainte déposée à la police en date du 25 mai et que l'AFP a pu consulter dimanche.

Seul soutien

"Mon frère était innocent. Il était très pauvre. C'était le seul soutien d'une famille avec quatre jeunes enfants", poursuit le document. "Mon but est de prouver l'innocence de mon frère, présenté comme un insurgé alors qu'il n'était qu'un simple chauffeur", a déclaré M. Azam.

La police pakistanaise et des responsables locaux ont confirmé dimanche que la plainte avait bien été déposée mais ont refusé de commenter les suites éventuelles données à cette affaire.

Depuis 2004, les Etats-Unis ont mené des centaines de frappes de drones dans les régions pakistanaises bordant l'Afghanistan. Des opérations condamnées par le Pakistan comme des entorses à sa "souveraineté", même si des documents rendus publics au cours des dernières années ont fait état d'une collaboration pakistano-américaine pour certaines d'entre elles.

Chef depuis deux ans

Les Etats-Unis, l'Afghanistan et des cadres talibans avaient confirmé le décès du mollah Mansour, mais pas les autorités pakistanaises. Dimanche soir, un porte-parole du ministère pakistanais de l'Intérieur a reconnu que le mollah Mansour avait bien été tué dans cette frappe de drone. "L'identification a été confirmée après un test comparant l'ADN du mollah Mansour à celui d'un proche venu d'Afghanistan pour récupérer sa dépouille", a-t-il précisé dans un communiqué.

Le mollah Mansour avait été promu chef des talibans afghans en juillet 2015 après l'annonce surprise du décès, deux ans plus tôt et gardé jusque-là tenu secret, du chef historique du mouvement, le mystérieux mollah Omar.

Les talibans afghans ont nommé mercredi le mollah Haibatullah Akhundzada, un religieux discret mais respecté, pour succéder au mollah Mansour, dont il était l'adjoint. Le nouveau chef devra tenter de prévenir le morcellement du mouvement taliban, convié sans résultat probant jusqu'à présent à des pourparlers de paix avec le gouvernement de Kaboul.

sda-ats

 Toute l'actu en bref