Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ennuis de Volkswagen se poursuivent en Allemagne (archives)

KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS

(sda-ats)

Le distributeur de produits de la mer Deutsche See poursuit Volkswagen, accusé de l'avoir trompé en lui présentant des véhicules loués comme étant conformes aux normes environnementales. C'est la première entreprise allemande à attaquer VW dans le "Dieselgate".

Deutsche See, qui loue 500 véhicules à Volkswagen, a indiqué qu'il n'avait pu parvenir à un accord à l'amiable avec le constructeur automobile. Les discussions ont été rompues lorsque VW a remplacé les managers concernés par des avocats et des experts en relations publiques.

Selon l'hebdomadaire Bild am Sonntag, Deutsche See réclame 11,9 millions d'euros (environ 13 millions de francs) de dommages et intérêts à VW. Deutsche See n'était pas joignable pour s'exprimer sur cette somme.

Le groupe Volkswagen a de son côté affirmé n'avoir pas encore eu connaissance du dossier et ne pouvait donc s'exprimer à ce sujet.

Le constructeur de Wolfsburg avait reconnu en septembre 2015 avoir employé un logiciel permettant de fausser les tests d'émissions polluantes aux Etats-Unis.

L'affaire lui a coûté plus de 20 milliards d'euros jusqu'à présent et le parquet de Brunswick a annoncé fin janvier avoir élargi son enquête sur ce scandale, en précisant qu'il soupçonnait désormais Martin Winterkorn, ex-président du directoire du groupe, d'avoir eu connaissance de la manipulation plus tôt qu'il ne l'a dit en public.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS