Toute l'actu en bref

La conseillère d'Etat en charge de la formation, Anne-Catherine Lyon, a fait le point sur la rentrée 2016-2017. Plus de 125'000 Vaudois suivront une formation obligatoire ou postobligatoire.

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

La rentrée sonnera pour plus de 125'000 Vaudois le 22 août. Parmi les nouveautés mises en place cette année, la création d'un pôle se concentrant sur la migration et l'accueil des jeunes allophones au sein de la direction de l'enseignement postobligatoire.

Au niveau de la formation, le canton doit faire face à deux types de migrants. "Ceux qui proviennent d'Europe, de pays où la situation est plutôt tranquille et ceux qui viennent de pays en guerre", a résumé mardi devant la presse à Lausanne, Anne-Catherine Lyon, ministre en charge de la formation, la jeunesse et la culture.

Au niveau postobligatoire, il n'est plus possible, selon elle, de traiter ces deux catégories de jeunes de la même manière. Et de notamment rappeler la situation délicate des mineurs non accompagnés. "On doit leur donner beaucoup plus d'attention, ce sont les plus fragiles".

200 places de plus

Autrefois appelé l'OPTI, l'Ecole de la transition voit ainsi son secteur dédié à l'accueil doté de 200 places supplémentaires pour atteindre 428 jeunes. "Ces places seront utilisées de manière très différente suivant les situations", précise la socialiste.

Dans un communiqué publié à l'issue de la conférence, ssp-enseignement salue la refonte du dispositif d'accueil des migrants "avec enthousiasme". Le syndicat du service public y voit un moyen de mieux coordonner la scolarisation postobligatoire et d'ouvrir les possibilités de formation aux jeunes migrants.

Hausse de 1,8% des effectifs

Plus largement, 91'134 élèves vaudois en âge de scolarité obligatoire feront leur rentrée lundi prochain. Ils seront 12'656 gymnasiens à retourner sur les bancs de l'école et plus de 22'000 apprentis. Au total, l'augmentation des effectifs est de 1,8%.

Introduite il y a deux ans, la maturité gymnasiale bilingue anglais-français rencontre un franc succès. Alors qu'elle devait initialement s'adresser à 24 gymnasiens, ils ont été plus d'une centaine à en bénéficier la première année. Quant à la deuxième volée, elle compte 146 gymnasiens.

Débuts mitigés

Son équivalent avec l'italien n'a pas encore trouvé son public. Fraîchement introduite, elle enregistre trois élèves qui partiront cette année au Tessin. "Le bassin de recrutement est assez petit", avance comme explication Anne-Catherine Lyon.

Puis elle ajoute: "peut-être ai-je été un peu trop gourmande? Peut-être un peu trop rapide" en l'introduisant droit dans la foulée de la matu anglais-français. A noter qu'environ 120 élèves débutent chaque année la maturité français-allemand.

sda-ats

 Toute l'actu en bref